Cédric BEAU – Qui suis-je ?

12/04/2015 — by Cédric BEAU

Cédric BEAU – Qui suis-je ?

J’ai toujours su que je ne voulais pas vivre une vie normale, et qu’en moi il y avait comme une sorte de potentiel inexploité…

L’appel de l’Asie s’est fait dès mon plus jeune âge grâce à un oncle et parrain qui voyageait énormément, j’avais -comme lui- envie de découvrir les Hommes, les cultures différentes et de m’ouvrir au Monde…

Un de mes plus beaux souvenirs de mon parrain
Un de mes plus beaux souvenirs de mon parrain

Ma passion s’est d’abord tournée vers le Japon, Et pour pouvoir vraiment comprendre la culture de l’Empire du Soleil Levant, j’avais la certitude que je devais apprendre la langue.

Mes proches m’ont tout de suite vu comme un illuminé, à essayer d’apprendre par moi-même le japonais. Ils pensaient que je n’étais qu’un gamin qui faisait un petit peu n’importe quoi, et que très vite je passerais à autre chose :

Jamais personne ne m’a vraiment encouragé dans ma quête de connaissances de l’Asie, et encore moins dans celle de l’apprentissage des langues…

Et je dois avouer que quelque part ils avaient raison : même si je savais que ma vocation était à l’Est, je n’avais aucune idée de comment m’y prendre. Le doute s’installa : et si ce n’était pas pour moi? Et si je n’avais pas le don des langues? Et si je n’étais pas fait pour ce type de vie?

Sans peine? Arf!
Sans peine? Arf!

C’est quelques années plus tard que je décidai de tenter le tout pour le tout.

Je pris la ferme décision de RÉUSSIR mon apprentissage du japonais. Je sortis du placard la vielle méthode Assimil “le japonais sans peine” de mon oncle alors décédé et me mis en tête d’apprendre la langue coûte que coûte. Je confirmais cet engagement en le criant sur tous les toits.

L’échec n’était plus permis.

Mon premier combat avec une langue commençait alors. Bien que je pouvais dire à qui voulait l’entendre que “j’apprenais le japonais”, que la motivation était au beau fixe et que je m’y essayais au quotidien… Cet apprentissage fut un échec cuisant.

Apprendre une langue était dix fois plus difficile que ce que je pensais.

Et ce n’était que le début d’une lutte difficile. Comme tous les Français, je passais par le collège et le lycée et me frottais à l’anglais et l’allemand. Mes quatre premières années d’anglais furent difficiles, et mon prof d’allemand n’ayant pour thématique que “les handicapés” (imaginez la série de livres Martine, mais avec les handicapés : “les handicapés au supermarché”, “les handicapés à l’école”, “les handicapés en vacances”…) j’en perdais là aussi ma motivation.

Heureusement, le lycée fut le début de la grande révélation : ceux qui réussissaient dans les langues autour de moi ne procédaient pas selon la méthode classique : je les voyais écouter la radio en anglais, lire des magazines en allemand.

Et si une autre méthode existait ?

En copiant ces personnes atypiques, je devenais en fin de lycée le deuxième de ma classe en anglais, et m’en sortais honorablement en allemand (en ayant pourtant évité au maximum les cours d’allemand, le prof étant déprimant au possible).

Il était temps que je me remette aux langues orientales. Je savais maintenant que le “don des langues” n’était qu’une bonne blague, et que moi aussi, je pouvais y arriver.

À la fin du lycée, la mode était aux programmes d’échanges franco-chinois dans les universités. Bien qu’étant accepté dans les écoles préparatoires aux grandes écoles de commerce, l’idée d’un programme franco-chinois dans une université (sans avoir à attendre deux ou trois ans de prépa) me séduit. Je m’inscrivis.

Grosse déception à la rentrée, seuls six élèves de ma classe sont en fait retenus pour le programme d’échange. Je n’en faisais pas partie.

Têtu que je suis, et persuadé de ma vocation depuis toutes ces années, je me remets alors à l’apprentissage des langues orientales. Fini le japonais, maintenant, c’est du chinois !

Je prends alors l’option en LV2 et laisse tomber l’allemand pour le moment, en parallèle et pour mettre toutes les chances de mon côté, je m’inscris en DUFL dans une autre université et travaille par moi-même à la maison.

Mon université
Mon université

Après presque une année d’apprentissage, et avec tout de même quelques résultats, un ami me dit qu’une bonne idée pour aller plus vite serait d’aller étudier le chinois en Chine. Il revenait justement d’un an là-bas et se débrouillait plutôt pas mal.

Je négociais l’affaire avec ma famille, et finalement nous arrivâmes à un compromis : je partirai cinq semaines à l’université de Fudan à Shanghai, en payant moi-même pour le voyage avec mon job d’été à la banque, et en fonction du résultat, j’y retournerai pour y rester un an.

Ces quelques semaines en Chine à me débrouiller tout seul pour tout furent un tournant dans ma vie. Pour ce qui était de découvrir une autre culture, j’étais servi !

Mais pour ce qui était de la langue, ce fut tout de même une énorme déception. Après plus de 100 heures de cours intensifs, je savais me débrouiller à l’oral dans quasiment toutes les situations du quotidien (saluer, demander des directions, négocier un prix…). Mais à l’écrit, j’étais tout bonnement… nul !

Et pire encore, en rentrant en France, après même pas quelques jours, je me rendis compte que je commençais déjà à oublier ce que j’avais appris quelques semaines plus tôt. Pourtant je révisais au quotidien! Je commençais à (re)perdre ma motivation, heureusement l’expérience culturelle était là, et me donnait espoir pour ma dernière chance de succès dans l’apprentissage d’une langue orientale : aller vivre au moins un an en Chine.

Mais il me fallait un déclic, une autre méthode. Parce que recommencer comme l’été de l’année précédente n’aurait donné que le même résultat.

Après tout, ne dit-on pas :

La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent.
— Albert Einstein

Et c’est là que le fameux déclic se fit. Je m’aperçus qu’une de nos enseignantes était bien plus passionnante que les autres, et surtout qu’au sortir de son cours les caractères chinois restaient ancrés dans ma mémoire.

La seule et unique différence avec cet enseignante (sur la petite dizaine que nous avions pour tous les cours de Compréhension orale, Expression écrite, Lecture, Compréhension écrite, Oral…), c’est qu’elle expliquait simplement l’étymologie et la décomposition des caractères en quelques secondes pour chaque nouveau caractère.

Tout d’un coup, ces masses informes de traits que les autres profs nous demandaient d’apprendre par coeur commençaient alors à faire sens. En voyant le caractère 我 je ne voyais plus sept traits abstraits, mais bien une main 手 tendant une arme 戈, symbole d’un individu dans son pays 国 (國 : un pays délimité par des frontières 口 protégé par ces fameuses unités individuelles armées 戈 prêtes à défendre leurs territoires)

En parlant de frontières...
En parlant de frontières…

Cette découverte, associée ensuite à la technique de répétition espacée pour réviser facilement ce qui avait été appris (et désormais compris) me prouva une chose : il est possible d’apprendre le chinois facilement, et il est même possible d’apprendre le chinois rapidement.

Après un an et quatre mois, et sans trop me fatiguer dans cet apprentissage, je passais avec succès mon diplôme du HSK4 : je parlais, lisais et écrivait officiellement le chinois couramment.

Là où l’apprentissage normal, et les gens normaux vous disent qu’il faut ramer sept ans dans l’apprentissage d’une langue, j’y étais arrivé en moins de deux.

Victoire !

Ce qui est amusant, c’est qu’avec toutes ces méthodes, et parlant désormais l’anglais couramment, le chinois couramment, un dialecte chinois couramment (le Guiyanghua, maîtrisé en à peine trois mois), récupérant mes bases en allemand et étudiant quelques mots de japonais… en chinois…

Ce qui est amusant aussi, c’est que mes proches commencèrent alors à ce moment-là à me caser dans la case de ceux qui ont “le don des langues”.

Pour eux, c’était impossible. Ce qui m’était arrivé en Chine n’était plus considéré comme des années de galère et de recherches de la méthode parfaite, non, tout d’un coup mon ADN avait été modifiée et j’étais devenu un gars hors normes.

Eh bien je vous le dis, je suis toujours quelqu’un comme vous, et mon histoire ci-dessus vous le prouve bien.

Et c’est pour cela que j’ai décidé de revenir partager mes méthodes et de toujours les perfectionner.

En rentrant en France, ma maîtrise du chinois me permit de m’assurer un confortable boulot de cadre dans l’import/export pour une entreprise basée dans le Nord de la France. Mais n’oubliant pas ma vocation et ma passion, je démissionnais un an après avoir été embauché.

Et aujourd’hui me voici. Après avoir été enseignant en lycée, prof en classe bilangues anglais-chinois en collège, formateur en cours du soir pour les particuliers et jury de l’épreuve du Baccalauréat. Me voici en ligne pour vous présenter ma passion, et la partager avec ceux qui comme moi sont attirés vers cette mystérieuse Asie.

Et comme vous, je resterai toujours un éternel étudiant. Je ne me considère pas comme un expert et continue à perfectionner mes méthodes au quotidien. D’ailleurs, je suis toujours en train d’apprendre : quelques mots de hongrois lors de mon dernier voyage à Budapest (ne serait-ce qu’un köszönöm dès le premier jour sur place), le russe (niveau A1 en un mois), réviser l’allemand au niveau courant en trois mois, approfondir le japonais et le cantonnais.

Voilà mon quotidien.

C’est cela que je vous propose de découvrir sur ce blog, et c’est ce genre de personne que je suis. Si vous recherchiez un expert pédant qui est certain d’avoir la méthode parfaite et qui ne se remet jamais en question, alors vous n’êtes pas au bon endroit.

Si vous êtes comme moi quelqu’un de passionné qui veut vivre des moments fantastiques en s’ouvrant au monde, alors j’ai quelques astuces pour vous.

Et vous, quelle est votre histoire? Dites moi tout dans les commentaires :) :

sig2

 

      Cédric BEAU.

P.S. N’oubliez pas de laisser un commentaire 😉 Je les lirai tous !

28 comments

  • Margherita

    06/01/2016 at 15:19

    J’ai lu avec intérêt votre présentation.
    Moi, en tant que prof. d’italien pour étrangers, je voudrais apprendre le chinois à fin de pouvoir aider mes étudiants. Je pense que la connaissance du chinois pourra m’aider à mieux comprendre les difficultés envisagées par mes élèves et que me permettra de préparer des unités didactiques personnalisées.
    Merci pour ce que vous faites et partagez avec les autres.
    Bonne année d’Italie!
    Margherita

    Reply

  • Hochedé Melanie

    07/01/2016 at 18:46

    Bonjour,
    Je suis étudiante en droit des affaires.
    Et je suis en couple depuis 5 ans, mais depuis 6 mois mon copain est parti vivre en Chine et je compte le rejoindre après avoir fini mes études (dans moins d’un an) et c’est pourquoi je cherche une méthode rapide et efficace pour apprendre le chinois car je ne sais pas par où commencer… Je n’ai jamais été doué par les langues mais j’espère que vous pourrez m’aider…

    Reply

  • Yvan S. Gosselin Ph.D.

    02/02/2016 at 21:54

    Bonjour Cédric,

    Je me spécialise dans la bonification, révision et rédaction de travaux, rapports, mémoires, thèses de doctorat et publications pour site web en français et en anglais, principalement.

    Je souhaiterais offrir de tels services à des Chinois. Croyez-vous qu’il y aurait un intérêt pour ce genre de business?

    Je suis ouvert aussi à des formules de partenariats.

    Merci de me revenir et à très vite

    Y

    Reply

    • Cédric Beau

      16/02/2016 at 06:48

      Coucou Yvan, c’est très spécialisé, du coup ça pourra en intéresser plus d’un surtout si tu gère aussi l’anglais!

      Reply

  • Virginie COLLET

    11/02/2016 at 10:49

    Bonjour,

    Pour ma part, je suis passée par une voie plus traditionnelle car j’ai eu la chance d’aller dans un lycée qui proposait des langues rares dont le chinois… J’ai alors réalisé un rêve de petite fille et je me suis lancée… J’ai poursuivi mes études jusqu’au DESS en gardant toujours cette particularité car le pays était alors en plein développement. Aujourd’hui, malheureusement j’ai peu d’occasion de le pratiquer car je vis en France et je travaille essentiellement en anglais. J’espère pouvoir m’y remettre un jour et surtout retourner dans ce pays magnifique où effectivement, l’expression de “choc culturel” prend tout son sens !

    Bonne continuation à vous et à tous ceux qui se lancent ce défi !

    Reply

  • Désirée Fluijt

    12/02/2016 at 07:44

    Bonjour,
    Je suis une Hollandaise née en Suisse, de grand-mère maternelle cantonaise. Je parle couramment le hollandais, le français, l’anglais, l’allemand, l’italien et me débrouille en espagnol. J’ai une formation universitaire en piano et en mouvement (la musique des mots, cela me parle !)
    Une de mes premiers élèves épouse un chinois de Shanghaï en mai prochain et j’aimerais lui faire la surprise d’un petit compliment pendant la fête. Comme je voyage rarement dans des pays où je ne parle pas la langue, j’aimerais aussi déjà avoir un peu la musique du mandarin dans l’oreille.
    J’aurai la possibilité de préparer quelques phrases avec un ami chinois mais j’aimerais déjà avoir acquis quelques rudiments avant…
    Je me réjouis de découvrir votre méthode.
    Cordialement.
    D. Fluijt

    Reply

  • ghost

    15/02/2016 at 09:20

    I really enjoyed reading your blog, and especially your rapid progress in Chinese.

    However, I would be interested to learn about your method to learn Chinese characters quickly and effectively? I ask this question because I have been working in China for over one year, and even though I have tried, I am not successful in memorzing Chinese characters; I use a famous program (Memrise) but cannot remember any characters.

    Not all characters are pictograms, so please share your method which enables you to learn Chinese characters successfully:

    Thank you:

    Ghost in China

    Reply

    • Cédric Beau

      16/02/2016 at 06:50

      Not all characters are pictograms, but a lot are. If you work with etymology ressources it can help you for a lot of characters. Memrise is a good tool for … memorizing what you have learnt. But you have to learn first for it to be efficient.

      Reply

  • Kirsti

    17/02/2016 at 14:27

    Bonjour,
    Je suis finlandaise avec le suédois comme langue maternelle. Je suis arrivée en France à l’âge de 25 ans, interrompant mes études pour faire chiffonnier d’Emmaüs. J’ai appris le français sur le tas. Puis je me suis marié. Un de nos enfants s’est marié avec une chinoise. et nous avons actuellement un petit-fils de trois ans. Mon petit-fils et moi parlons français entre nous et le français est sa langue la plus forte. Mais j’aimerais qu’il puisse entretenir son chinois, que je puisse l’attraper et que nous pourrions continuer à progresser ensemble.

    Reply

  • Ni

    21/02/2016 at 07:20

    Hello Cedric
    Aprés avoir vu et lu tes blogs depuis pas mal de temps ,tu m’as finalement convaincu par ta passion pour la Chine .
    Donc j’ai passé commande de ta méthode qui m ‘ a donné envie de nouveau d’apprendre le chinois aprés un cuisant échec avec la méthode assimil acheté en 2012 ou 2013.
    Au fait ,je me présente je m ‘appelle Misu,
    Mes parents de la ville de Qingtian sont issus de la première vague d’immigration pour la France avec ceux de Wengzhou.
    mon père arrivé en 1937 et ma mère en 1947 ont donné le jour à une ribambelle de frères et soeurs sur le territoire français.
    Nous sommes devenus des bananes ,jaunes à l’extérieur mais blanc à l ‘intérieur melangeant une culture et un dialecte le qingtianhua qui ne me sert que lorsque je rends visite à ma famille.
    Aprés un court passage en 1989 dans la ville de mes racines ,l’ appel est devenu plus fort depuis 2010,ou pratiquement chaque année je me déplace et circule dans ce vaste pays ou cette sensation d’être encore isolé par la barrière de la langue m’indispose .
    En t ‘écoutant sur youtube et découvrant ta petite famille , tes liens avec tes beaux parents et ta passion pour la chine m’a donné l’envie d ‘être un chinois comme toi en commencant par l ‘apprentissage de la langue. alors j’espère être un élève assidu .
    cordialement
    Misu

    Reply

  • Therese Morrissette

    29/02/2016 at 05:20

    先生Beau, 您好!
    我想自己介绍。我叫Thérèse, 然而我的中文名字是安美。我是加拿大人。我非常喜欢中国文化, 汉服,中文的言语,等等
    最近几年,我先自己开始学习中文。然后,一些中国的朋友在这里帮助我学习。
    我在太阳剧团工作 (在蒙特利尔)。最近,太阳剧团有一些新老板 (一个加拿大人的老板,一个美国人的老板和一个中国人的老板)。那么现在,我的同事们也想学习中文。
    所以一个月之前,我开始教他们中文。我的中文还不太好,但是我跟他们想分享我的激情和知识。
    Je continue en français…..
    C’est en cherchant des informations pour préparer mes cours pour mes collègues, j’ai découvert votre site. En lisant vos explications, et en regardant vos vidéos du “Guide Ultime du débutant….”, je me suis aperçue que c’est pratiquement de cette même façon que d’instinct j’ai commencé à apprendre par moi-même le mandarin au tout début…..répétition quotidienne, écrire et récrire mainte et mainte fois les caractères, apprendre naturellement ceux qui sont les plus fréquents d’abord (HSK-1, HSK-2), écouter des enregistrements et des chansons en chinois, en arrière-plan tout en travaillant ou dans ma voiture, en affichant des images de caractères chinois, genre flash carte, sur les panneaux autour de mon bureau afin de me créer un environnement visuel et culturel chinois, essayer de comprendre comment sont bâtis les caractères, la logique de la langue (car une langue c’est d’abord une culture qui s’exprime), lire sur la culture, essayer différents outils informatiques, puis enfin la grammaire, etc.
    Alors c’est aussi ce que je préconise lors de mes enseignements, pour mes collègues-étudiants. Et je dois dire que lire vos idées sur la manière de s’y prendre pour apprendre le chinois m’ont réellement interpelée. Ça me rassure d’être dans la bonne direction.
    Je dis souvent à la blague que je suis encore un tout petit enfant qui apprend à parler le mandarin…..et un de mes amis chinois me répond que je serai déjà au moins en première année scolaire.
    Je considère que mon niveau d’acquisition du mandarin est encore assez limité, mais j’en sais fort probablement plus en mandarin que la majorité des mes collègues. C’est une passion pour moi et c’est ce que je veux partager avec eux. L’essentiel étant d’abord d’éveiller la curiosité de mes étudiants, de les intéresser, tout en simplifiant l’approche de l’apprentissage des caractères pour ne pas les décourager, en leur expliquant le sens (par exemple: 男 homme : la force au champ, 是 être : une personne sous le soleil) pour que ce soit plus facilement mémorisable.
    D’un autre côté, j’aide mes amis chinois d’ici à apprendre le français. C’est un bon échange, très instructifs, car ça renforcit mes propres connaissances de ma langue maternelle. Je peux voir leurs difficultés et les appliquer à mon apprentissage du chinois.
    Enfin pour terminer, je voudrais simplement mentionner que je communique avec mes amis chinois de Montréal et d’ailleurs dans le monde via QQ, Wechat, courriel principalement et parfois Skype. Je n’utilise pas pour ainsi dire les autres réseaux sociaux. Cependant, j’apprécierais beaucoup pouvoir être connectée ou communiquer avec vous, si ça vous intéresse aussi.

    谢谢,再见!

    安美

    Reply

  • Philippe

    11/03/2016 at 08:57

    Bonjour Cédric, bravo pour ton parcours. Je suis un fan du monde chinois comme toi, Comme designer, j’aime aussi le Japon bien que ce soit une autre planète, la planète du beau puisque c’est dans leurs gènes. Mais les japonais sont aussi un peuple très différent des chinois, moins ouverts aux étrangers peut-être parce qu’il savent qu’ils sont le pays le plus en avance et qu’ils se protègent (esprit insulaire ?). J’ai ressenti une forme de limite à ne pas franchir en de nombreuses occasions, limite physique comme certains hotels où les étrangers sont priés d’aller voir ailleurs, ou limite culturelle très bien décrite dans le bouquin “stupeur et tremblements” de l’excellente Amélie NOTHOMB employée au Japon et qui se fait humilier par son boss. Quelle est ton expérience d’intégration avec eux si tu as tenté d’y vivre ? Merci.

    Reply

  • Ben Saïd

    14/03/2016 at 15:21

    Salut Cédric! Moi,c’est Ben Saïd.
    Mon intérêt pour la chine et le chinois ne date pas d’aujourd’hui.En fait,cela commence dès mon plus jeune âge avec les films chinois.Mais en cette époque,je n’avais aucun accès aux méthodes et aux moyens pouvant me permettre d’étudier cette langue.
    Aujourd’hui,j’ai la chance de travailler dans une société minière chinoise comme manoeuvre.Et ajoutant à cela ,la facilité d’accès à internet,la providence m’a conduit à ton blog.J’espère que pourras m’aider, par ton expérience et tes conseils à apprendre d’avantages.
    Merci d’avance!

    Reply

  • samira kessis

    23/03/2016 at 05:11

    Bonjour Cédric, bonjour tout le monde,
    Alors voilà, je suis en Chine et j’enseigne le français aux chinois , au fait je me suis dit s’ils doivent apprendre la langue de Molière je dois apprendre la langue de Confucius alors je me suis mise au Chinois , Toute culture est une richesse et pour la savourer il faut s’initier à la langue ,ça d’une part, d’autre part cette calligraphie ou idéogramme est pour moi un monde de dessins et images et représentation de la nature , des pensées par association , c’est un domaine de méditation plus qu’une écriture ou une langue , je me bats actuellement avec l’ordre des traits pour apprendre rigoureusement à écrire cette langue , merci Cédric pour les vidéos c’est un trésor pour moi je vous ai découvert sur Youtube , alors merci à internet à la technologie à toute culture qui enrichit l’humanité

    Reply

  • Rauzzye

    25/08/2016 at 11:49

    J ‘ai toujours eu des apprehensions pour le chinois a cause des caracteres qui me semblent tres mysterieux. Finalement j’ai decide de m’ y mettre a cause de ma fille qui a une passion pour le chinois, le japonais et le coreen. Et c’ est en cherchant des informations sur le net a propos des methodes d ‘ apprentissage que je suis tombee sur votre magnifique site. Felicitations pour cette envie de ” contaminer” les autres avec votre passion pour cette langue qu’ est le chinois…je pense que j ‘ ai été touchee.

    Reply

  • Montez

    08/10/2016 at 10:02

    Bonjour Cédric,
    Qui utilise tu comme transporteur de Chine en France (Bateau)?

    Reply

    • Cédric BEAU

      24/11/2016 at 01:05

      Les transitaires suivants notamment : SEDIS, Gilleman.

      Reply

  • Sebastien

    21/10/2016 at 12:34

    La france est bercée depuis toujours par l amercique. De ce fait, la premiere culture que j ai apris est la culture americaine (apres ma culture matrnelle, le francais biensur)
    Un jour, j ai rencontré, en france, une femme chinoise, qui allait etre ma femme par la suite.
    J ai toujours été décalé par rapport au gens autour de moi et elle aussi, etant chinoise en france depuis 2 ans, elle ne collait pas non plus au decors.
    Nous nous sommes construit notre univers, un melange de culture asiatique et occidental qui n existe nulpart ailleur.
    Nous nous sommes marié en 2013 en france et 2 mois plus tard en chine. Premiere fois que je mettais les pieds dans on pays.
    J ai decouvert un univers, un etat d esprit et une famille que je ne connaissais pas du tout et qui m a tout de suite seduit.
    J y suis encore retourné en 2015 pour un mois. Visiter des villes comme dali, lijiang, bejing, la grande muraille de chine. C est un pays qui a une histoire importante et une humilité exemplaire.
    La visite du memorial de la seconde guerre mondial a shenyang qui presente les attrocités fait par les japonnais sur le peuple chinois m ont fait relativier les horreurs des allemands (sans vouloir blesser qui que ce soit)
    Mon gros probleme reste la langue. J aimerais pouvoir comprendre cette langue pour pouvoir echanger avec mes beaux parents et toute ces personnes qui m ont accueilli a bras ouverts.
    Merci en tout cas pour ces videos youtube que j ai commencé qui m apportent plus de vocabulaire qu avant

    Reply

    • Cédric BEAU

      24/11/2016 at 01:02

      Belle histoire! Tout le plaisir est pour moi, ravi que mes vidéos youtube te soient utiles ! 😉

      Reply

  • Livia Balu

    23/10/2016 at 08:41

    Bonjour Cédric,

    Félicitations pour votre parcours et remerciements pour votre aide!
    Depuis mon enfance j’étais attirée par la culture chinoise.
    J’ai commencé à apprendre la langue il y a quelque temps et j’ai rencontré les obstacles dont vous avez parlé.
    J’aime surtout la calligraphie chinoise, à l’ancien, encre et pinceau. Maintenant je travaille dans l’art-thérapie et la calligraphie est un bon outil.
    Me réjouis de commencer à découvrir et exercer votre méthode.
    Meilleures salutations,
    Livia

    Reply

    • Cédric BEAU

      24/11/2016 at 01:01

      Merci Livia, et bienvenue dans cette communauté de passionnés du chinois !

      Reply

  • Dürr Anne

    03/11/2016 at 20:25

    Bonjour tout le monde,
    c’est Anne, je vis en France et avec plusieurs cultures suisse allemande, allemande, polonaise, françaises, celles de mes proches latino, belge, et celles des gens que je rencontrent et que je côtoie, hispanique, africaine, antillaise, arabe, perse, etc…
    J’aime apprendre de nouvelles langues et fais régulièrement un tour des MOOCS proposés par divers sites en lien avec les universités, mais par manque de temps ou par éloignement de la méthode proposée, je ne suis pas régulièrement ces cours, aussi je me lance, on verra bien.

    Reply

    • Cédric BEAU

      24/11/2016 at 01:01

      Je te souhaite énormément de succès Anne !

      Reply

  • Sacha Maurel

    04/11/2016 at 18:50

    Bonjour Cédric,
    Ma mère a adopté mon plus grand frère qui est vietnamien et je ne sait pas
    si sa joue mais j’adore l’Asie, de plus ma mère m’a toujours parler de la
    Chine et du Vietnam qui sont des pays merveilleux et donc je me suis lancé
    dans la culture chinoise, j’adore les arts martiaux qui font presque parti
    de ma vie et mon rêve est d’aller en Chine dans un temple Shaolin y
    apprendre le kung fu. Je pense avoir des facilités, je suis très calme et
    zen, je comprends vite, et est toujours de bonne humeur. Voilà que
    j’apprends le chinois depuis 2 ans et la Chine fait parti de ma vie mais
    voilà que quelque chose impose une barrière dans ma vie, mes parents n’ont
    pas beaucoup d’argent et c’est très compliqué pour moi pour réaliser mon
    rêve. Quand pensez vous ?
    Merci beaucoup !

    Reply

    • Cédric BEAU

      24/11/2016 at 01:00

      Bonjour Sacha. Pour mon premier voyage en Chine, j’ai fait des petits boulots (supermarché, banque, tontes de pelouses…). Parfois il ne faut pas seulement compter sur les parents, on peut aussi compter sur soi-même et réaliser nos rêves les plus fous :)

      Reply

  • Séverine

    07/11/2016 at 16:55

    Bonjour,

    Ma fille (6 ans) commence à apprendre le chinois auprès d’un organisme officiel en France. Je l’aide dans cet apprentissage mais n’ayant aucune connaissance particulière dans cette langue, j’avance avec elle dans son manuel et grâce également à ce que je trouve sur le net.
    En ce qui me concerne, j’ai du mal à trouver une logique dans la graphologie de cette langue, mais je ne peux pas croire qu’il n’y en ait aucune.
    Aussi je voulais savoir si la méthode Crampe est accessible aux enfants de son âge, ou si c’est plutôt à destination des adultes, et si cela peut m’aider en terme de méthode.
    Je vous remercie par avance pour votre réponse.

    Reply

    • Cédric BEAU

      24/11/2016 at 00:58

      Bonjour Séverine. La méthode Crampe aide beaucoup à comprendre la logique de l’écriture et pourra vous être bien utile. Au sujet des enfants, mieux vaut prendre les cours pour vous et ensuite accompagner votre fille, je n’ai pas créé les enregistrements à destination d’un public enfant.

      Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

4 + 1 =