main

Cinéma chinoisold

Ilo Ilo (Anthony Chen) : avis sur le film

04/09/2013 — by Cédric BEAU

Lundi soir, c’était l’avant première de Ilo Ilo au Gaumont Opéra à Paris. En présence du jeune réalisateur Anthony Chen, une dizaine de membres de Chine Chinois et Crampe ont été invités à la présentation du film. Caméra d’or au festival de Cannes 2013, Ilo Ilo sort aujourd’hui -4 septembre- sur les écrans de France. Retour des spectateurs :

J’ai passé une excellente soirée avec la vision du film ILO ILO à laquelle vous m’avez donné accès. Je vous en remercie.

Ce film coule tellement de source au regard de la justesse d’une situation à Singapour très proche finalement de la période décrite en France dans LES MISERABLES mais avec une connotation plus actuelle. Cette réalisation témoigne d’une vision hors des sentiers battus plus généralement centrés sur la richesse de SINGAPOUR. On ne peut imaginer qu’il a fallu 10 Mois pour sélectionner l’enfant retenu, et autant de temps pour trouver l’actrice Philippine dans son pays, puis visiter des centaines d’appartements puis organiser la reconstitution des décors intérieurs, du mobilier, avec authenticité et mettre en exergue ces difficultés liées à la vie sociale et à “la crise”, qui finalement apparaissent universelles à travers ce film. On peut aisément transposer cette situation en Europe et c’est sans doute pour cette double justesse liée au rendu du quotidien vécu par l’Auteur Anthony CHEN qu’il est apparu avec évidence au Jury que ce film méritait la CAMERA D’OR.

Ce film sort mercredi sur les écrans de GAUMONT, UGC, MK2…. et je recommande vivement de le voir. On ne s’ennuie pas devant ce quotidien, contrairement à ce que l’on pourrait penser. Beaucoup de sensibilité se dégage de ce film et heureusement que l’auteur n’est pas aussi indiscipliné que le personnage censé l’incarner au travers de cet enfant trés turbulent.

Michel D. P.

Merci pour le film de hier soir !

Ilo Ilo est vraiment poignant, d’autant plus quand le producteur explique qu’il s’est basé sur ses souvenirs d’enfance.

J’ai vraiment apprécié le fait que ça ne soit pas une “carte postale” de Singapour (comme de nombreux films réalisés sur l’Asie…). Ici la caméra se focalise sur la famille, son univers, ses expériences.

Ce film exprime beaucoup de choses sur la crise de 1998 qu’ont traversé les familles, sur la ra relation parents – enfants. C’est cette dernière qui m’a beaucoup marqué. La tatie, Teresa, vient “remplacer” la mère qui finit par mal le vivre. Mais c’est aussi toute l’absence du père qui ressort. Il n’a pas de lien fort avec son fils, ils ne discutent pas ensemble, ils ne sont que très rarement ensemble dans le film. C’est toute cette absence de repères paternels subliminaux et maternels directs (par l’arrivée de la tatie) qui est bouleversante et qui fait la richesse du film.

On peut tous se retrouver dans ce film, qu’on soit enfant unique ou d’une grande famille. Nous avons tous des situations de manque et/ou d’excès avec nos parents. C’est cela qui fait ce que nous sommes aujourd’hui et c’est là toute la force d’Ilo Ilo.

Ce film arrive à nous toucher en faisant resurgir notre enfant intérieur.

Voilà, si tu ne l’as pas encore vu, il vaut le coup d’oeil !

Encore merci pour cette belle soirée

Sylvain P.

Ilo-Ilo est un très bon film que j’ai eu plaisir à voir. Un peu dérangeant, émouvant.

Avec en prime la présentation par le jeune réalisateur. C’était super !
Et puis je me suis efforcé de “capter” ça et là quelques mots de mandarin…

Merci encore.

Alban B.

Bonjour Cédric encore un grand merci pour la place pour l’avant première de ILO ILO!

Vers 20h, juste avant le visionnage du film, le réalisateur Anthony Chen nous a présenté son film ainsi que son collaborateur français (à la suite du film il nous a expliqué cette collaboration très intéressante et assez originale même s’il était assez réticent au début à cause de l’image de “carte postale” qu’ont les français et beaucoup d’autres pays vis-à-vis de Singapour).

Monsieur Chen voulait que son film soit authentique et simple reflétant la vie d’une famille moyenne et simple avec son lot de difficultés au quotidien.

Le film, dés le début, nous présente le ton qu’il aura tout le long, un scénario essentiellement basé sur le personnage de l’enfant très turbulent mais au fond victime d’un manque relationnel évident avec ses parents.

Un peu comme si le fait de faire des bêtises sans cesse était une façon pour lui de se faire remarquer afin que ses parents s’occupent de lui. Je l’ai ressenti comme cela.

Une mère qui au fond a du mal à trouver le juste milieu entre autorité et complicité envers sont enfant, car ce dernier lui rend la vie impossible, et un père qui envers le petit est quasiment absent, ces deux derniers ne se parlant que très rarement.

Et un père qui lui aussi ne fait que cacher des choses à sa compagne, un comportement pas si éloigné que ça de celui de son enfant entre parenthèse.

Finalement, ce film m’a montré un certain malaise et un manque de communication évident dans cette famille qui fait tout pour s’en sortir malgré les difficultés en rapport avec le travail et de la vie au quotidien plus généralement,
caractéristique de cette période de crise financière de 1997/1998.

L’arrivée de la “nounou” philippine va bouleverser cette atmosphère et le gamin, même si au début aura plutôt tendance à la rejeter va vite trouver un elle la mère qu’il n’a pas.

Cette dernière va tout simplement trouver l’équilibre dont il a besoin.

De l’autorité certes, mais aussi une femme qui s’occupe de lui tout simplement.

Je ne vais pas raconter la fin pour les personnes qui désirent voir cet excellent film mais je le conseille car finalement on a ici un film très humain et dépaysant qui nous change des films d’origine asiatique que l’on nous présente en France, c’est la première fois que je visionne un film de ce genre, étant plus habitué à voir au cinéma des film à gros budget.

Par l’authenticité de son film, le réalisateur nous transmet une réalité qui, comme il nous l’a révélé à la suite du visionnage n’est que le récit de son enfance, dumoins ce dont il se souvient.

Il a évidemment inventé quelques points afin de compléter ses souvenirs.

A travers l’acteur qui joue l’enfant, que lui et son équipe ont trouvé après des mois de casting parmi plusieurs milliers de candidats, il dévoile avec sincérité son enfance et les manques qu’il a eut.

Je pense que pour lui, ce film étant son tout premier, il était important de raconter son histoire et de réussir à transmettre les mêmes émotions qu’il a eut durant son enfance au public.

Le fait que le film ait été récompensé à la quasi unanimité de la caméra d’or au festival de cannes 2013 (Édition 66) prouve que celui-ci est une réussite, qu’il a ému le jury.

Je pense que les gens dans la salle ont aussi apprécié le film car presque la totalité des personnes est restée après le visionnage pour écouter le réalisateur et il a beaucoup applaudit celui-ci.

Ce dernier nous a dévoilé que le titre du film « Ilo Ilo » est en fait l’endroit d’où provient Terry la nounou.

Il a fait des recherches pour trouver la vraie personne qui a inspiré de personnage de celle-ci et il a réussi à la retrouver parmi des millions de personnes. Je trouve ça super personnellement.

Une très bonne expérience et n’hésitez pas à aller le voir !

Quentin V.

(Cette page est mise à jour au fur et à mesure de la réception des témoignages). Pour gagner vos places de ciné et vous aussi aller voir Ilo Ilo, c’est ici.

Cinéma chinoisLe chinoisold

Qui a eu un jour cette idée de dire « ououh ! c’est du chinois pour moi » ?

08/10/2012 — by Cédric BEAU

Cet article écrit par Claude-Marie P. participe au concours “Gagnez un service à thé chinois simplement en écrivant“, pour participer vous aussi, regardez ici les modalités, avant le 15 octobre 2012!

Pour me détendre d’un travail plutôt difficile et tendu, j’ai éprouvé, il y a quelques années, le besoin de m’évader vers les cultures asiatiques, leur histoire, leur pensée bien différente de notre cartésianisme, leur esthétique et l’étude des idéogrammes, un vrai moment de méditation en pleine conscience.

Un jour, je tombe sur 地中海

Terre, milieu, mer… mais oui ! Bien sûr, les latins l’avaient déjà nommée : Méditerranée.
C’est logique, non ? Et je n’avais jamais bien réalisé cette relation, je vous l’avoue…

Alors maintenant, je suis à la retraite, j’ai vraiment envie de découvrir le monde différemment, d’écrire et lire les caractères chinois pour y trouver encore de telles surprises !

J’apprécie le cinéma chinois et la sensibilité artistique des grands réalisateurs, Wong Kar-wai, Zhang Yimou, Chen Kaige et d’autres bien sûr. Regarder les films en V.O est un vrai bonheur, les comprendre de mieux en mieux sera un magnifique défi.

Et pour aller en Chine, à Taiwan, là bas très loin !…ou même au Japon, il est tellement plus rassurant de ne pas être analphabète et de savoir au moins utiliser un dictionnaire.

Quelles que soient vos motivations, bonne chance à tous !

Mediterranee

Pour voter pour cet article, cliquez sur “j’aime” dans Facebook, Retweetez le, ajoutez un “+1” sur Google plus ou laissez un commentaire!

Cinéma chinoisold

Apart Together : sortie française le 7 mars

29/02/2012 — by Cédric BEAU

Pour la sortie du film Apart Together en France le 7 mars, je vous propose de gagner des places. Pour cela, il suffit d’être inscrit à la newsletter. Si vous êtes déjà inscrit, vous avez du recevoir un mail aujourd’hui vous annonçant le déroulement du jeu concours. Si vous n’êtes pas inscrit, utilisez le formulaire à droite, c’est gratuit!

Apart Together

Apart Together est un superbe film, l’histoire se déroule à Shanghai et raconte les péripéties de Liu, un vieux soldat nationaliste exilé à Taiwan après 1949. Celui-ci revient en Chine continentale, suite au décès de son épouse Taïwanaise, pour retrouver son amour de jeunesse.

Mais 40 ans se sont écoulés, et sa belle Yu’e de Shanghai s’est trouvé un autre époux. Elle est désormais bien vielle. L’idée de partir à Taiwan avec Liu est son premier souhait, l’égoïsme et la folie de l’amour vont vite se heurter à toute une vie passée dans un contexte de conflit entre Taiwan et la Chine continentale.

Ce drame social est très touchant, parfois amusant, parfois choquant, mais je dois dire que j’ai accroché! Le début m’a semblé long par la manière dont il est filmé, mais ensuite ce sont les sentiments qui donnent envie de regarder le film jusqu’au bout!

Le fond de l’histoire sur le thème de la relation Chine / Taiwan est à travailler, il me fait un peu penser à la séparation des familles lors de nos guerres France / Allemagne.

A découvrir absolument!

Cinéma chinoisold

Film chinois : Lost on journey (人在囧途)

02/07/2010 — by Cédric BEAU

Lost On JourneySorti le 4 juin, ce film humoristique m’a fait exploser de rire à plusieurs moments. Je n’ai pas vu passer les 95 minutes ! Sûrement parce que dans les deux acteurs on en retrouve un typique : Wang Bao Qiang (王宝强) que j’avais aussi adoré dans la série 我的兄弟叫顺溜, toujours parfait dans le rôle du paysan un peu crédule.

L’histoire raconte les péripéties de notre personnage, qui va rencontrer sur sa route un patron, se rendant à la même destination que lui pour la fête de Printemps. Leurs destins se croisent alors, et c’est ensemble qu’ils vont devoir affronter de nombreux problèmes de la vie des chinois en ces temps de fête (trains bondés, pannes de bus, retard d’avions…) .

Ca m’a aussi fait plaisir de voir Xu Zheng (徐峥), acteur à la filmographie impressionnante, dans ce genre de rôle. Le personnage lui allant à merveille ! J’ai hâte de le retrouver le mois prochain dans 嘻游记, parodie de 西游记 (voyage vers l’occident) pour lequel il est en tête d’affiche !

Li Man Chinoise

Dans 人在囧录, pour les amateurs de belles chinoises (meinü 美女), on remarquera aussi les différents passages joués par Li Man (李曼), jeune actrice de 22 ans qui s’était faite remarquée en 2006 dans Curse of the Golden Flower (满城尽带黄金甲)

Cinéma chinoisold

Juste une autre boîte de Pandore, le film du moment

21/05/2010 — by Cédric BEAU

Just another pandora's boxAlors, quand j’ai vu le générique de début de ce film Just another Pandora’s box, j’ai tout de suite compris que je serais plié de rire tout du long, observez bien la liste des acteurs qui… ne jouent pas dans le film. Un faux espoir qui m’a bien amusé, c’est malin. Ce qui ne veut pas dire que ce film n’est pas bourré d’acteurs chinois connus mondialement, et c’est peu dire, car ils font foison !

Ce film, avec une trame sur fond de romance qui peut être vue comme mal travaillée par certains, est une parodie de divers films (ça va mettre votre culture cinématographique chinoise à l’épreuve), entre anciens films cultes des années 90 et les dernières superproductions, on retrouve par exemple des clin d’oeils à Voyage vers l’Occident, Kung Fu, Red Cliff, Kung Fu Panda, Titanic, La rose Noire.

Certains acteurs parodient eux même leurs rôles, et les gags sont innombrables, fous rires garantis ! Bien sûr, il faut être adepte de ce genre d’humour et connaître les références, et si c’est votre cas, alors vous pourrez même le regarder deux fois de suite et rire toujours autant. Un délice. Voir le trailer sur Youtube

Les acteurs célèbres du casting : Yuen Chiu, Yuen Wah, Lam Tse Chung, Wong Cho Lam, Ada Choi, Anthena Chu, Kenny Bee, Sandra Ng, Gillian Chung, Eric Tsang, Yuen Biao, Alex Fong et  Xu Jiao

Si vous avez aimé, avez vous vu le film “72 tenants of prosperity” ?

Cinéma chinoisold

Confucius – 孔子

11/04/2010 — by Cédric BEAU

ConfuciusC’est le film du moment en Chine, celui qui a détrôné avatar (ou plutôt celui pour lequel Avatar a cessé d’être diffusé dans les salles chinoises… si vous voyez la nuance). Ce film, je l’ai vu ce week-end, et franchement, déception…

Pour ce qui est du côté historique, c’est sympa. On révise ses royaumes, on révise les noms des disciples. On revoit quelques proverbes de Lao Zi et de Confucius, pourquoi pas.

Mais pour ce qui est du reste, on nous présente Confucius comme un maître de guerre, fin stratège et maître du tir a l’arc (maîtriser le tir a l’arc est très bien, dans la philosophie chinoise, car cela montre la maîtrise de soi. Mais du côté historique, Confucius il était pas très balèze…)

Alors franchement, quand on aime la philosophie chinoise, que l’on essaye de suivre la “voie” de Lao Zi et les principes fondamentaux du Yin et du Yang (一陰一陽之謂道 comme on ne le vois plus assez souvent), eh bien ce film est un grand n’importe quoi.

Si on aime les films avec quelques batailles, un peu de sang, et des petites romances d’amour, pourquoi pas, mais autant aller voir Le Choc des Titans

Cinéma chinoisold

Le film de Kung Fu chinois par excellence

24/01/2010 — by Cédric BEAU

Film chinois kung fuAujourd’hui, j’ai mal à la tête. Et ce n’est pas parce que j’ai fait la fiesta du samedi soir (que je ne fais que très rarement d’ailleurs), ni parce que je me suis levé du mauvais pied (très rare aussi), non, rien de tout cela.

C’est parce qu’aujourd’hui j’ai mis mon chinois à l’épreuve, et pas avec un film historique (voir la légende de mulan 花木兰, que j’ai pu voir dernièrement, et qui tue tout!) ni avec une série bidon, mais avec un film typique de Kung Fu chinois : 风云2.

Eh bien, j’ai du regarder le début deux fois pour comprendre les tenants et les aboutissants de cette petite gueguerre entre maitres de Kung Fu. C’était pas facile à saisir.

C’est cependant un film très bien travaillé, vous pouvez le regarder sur le lien donné ci-dessus avec Qvod player (en streaming). Si vous avez un grand écran, du son avec des bonnes basses, vous serez éblouis par les effets spéciaux ! J’aurais bien aimé le voir sur l’IMAX de Shanghai

Et même si au début j’ai eu du mal à me mettre dans le film, j’ai adoré ! A voir absolument (au niveau culturel, c’est intéressant aussi, car le dernier film 风云 datait de la fin des années 1990!). L’histoire est extraite d’un manga, ça intéressera certainement un bon nombre d’entre vous.

Blog ChineCinéma chinoisold

Vengeance, film chinois avec Johnny Hallyday.

16/12/2009 — by Cédric BEAU

vengeance-chineHier soir, j’ai vu ce film avec Johnny pour acteur principal. Un de mes acteurs préférés : 林雪 dans le rôle d’un associé mafieux, et toute une flopée d’autres acteurs célèbres.

Eh bien je vous le conseille. A voir en VO (comme pour relever la notion de “老外” -“étranger” en chinois dans le texte- et toutes ses variantes plus ou moins respectueuses, qui nous rappellent que le temps des colonies occidentales mal acceptées est toujours proche) .

L’intrigue se déroule entre Macao et Hong Kong, beaux plans, on accroche dès le début, un peu sanglant pour les âmes sensibles, mais une histoire pleine d’émotions.

Donc il a le droit à une place d’honneur : mon blog chine, juste pour vous le recommander 🙂

Cinéma chinoisold

La Chine s’éveille

15/01/2009 — by Cédric BEAU

affiche_chine_s'eveille_festival 1,3 milliard de Chinois et moi et moi et moi…

Où l’on découvre que l’évolution de la Chine, souvent synonyme de fantasmes inquiétants pour le monde, est avant tout une réalité difficile à vivre pour les Chinois eux-mêmes. Portraits de citoyens du monde dans un pays d’1,3 milliard d’individus.

Le Festival “La Chine s’éveille” présente une collection de 12 documentaires, au Cinéma le Lincoln à Paris du 28 janvier au 3 février 2009.

Ces films d’une durée de 52 min chacun sont co-produits par la France et la Chine et réalisés par de jeunes réalisateurs chinois.

A l’origine du projet, Michel Noll, auteur, réalisateur, producteur de nombreux documentaires et directeur artistique depuis 6 ans du festival de documentaires de Canton.

Ce passionné de la Chine a constitué un collectif de réalisateurs à qui il a confié la mission de montrer avec authenticité leur Chine, celle qu’ils vivent au quotidien.

Au cours de ses années passées en Chine, Michel Noll raconte

avoir rencontré “des hommes et de femmes déboussolés, en quête d’une nouvelle identité, cherchant, après des siècles d’isolement, à trouver leur place dans le monde d’aujourd’hui. Bien au-delà des discours politiques et idéologiques, ces chinois montrent une humanité bouleversante, une richesse d’émotions extraordinaire, un sens de la solidarité bien loin des individualistes occidentaux”.

Chaque film raconte une histoire, au coeur des cités, des familles, des universités, des campagnes abordant ainsi chacun un thème différent allant de la condition féminine, à l’éducation, la solidarité, la famille ou la révolution culturelle.

Un festival itinérant sur 20 villes

Le Cinéma le Lincoln présentera 8 films par jour sur 4 séances qui seront suivies tous les soirs d’un débat animé par les réalisateurs, des sinologues et des journalistes

Après 8 jours parisiens en pleine période du Nouvel an chinois, cette collection de documentaires inédits et ses animateurs circuleront  dans près de 20 villes en France, où des salles indépendantes ont choisit de montrer la Chine autrement.

Contacts: 

Presse : Magali Montet [email protected] M 06 71 63 36 16

Cinéma le Lincoln : 14 rue Lincoln, 75008 Paris,

plein tarif 8.80 euros

tarif réduit 6.90 euros

Forfait 6 places 34.50 euros (vous pouvez venir à plusieurs)

Distribution ; Laurence Biermé, Ciné Classic, Tél: 01 48 01 08 09 [email protected]