main

Business en Chine

[Podcast] Comment gérer un bien immobilier en France depuis la Chine

27/10/2012 — par Cédric BEAU

J’ai été interviewé hier par Ludovic, du site Passion-Locatif. Même si dans cet interview nous parlons d’immobilier, j’ai pensé qu’elle vous intéressera, pour mieux me connaître, mon histoire et mon aventure entre deux bouts du Monde.

Comme à mon habitude, vous retrouverez la transcription de l’interview juste en dessous de celle ci, et vous pouvez télécharger le podcast pour l’écouter tranquillement.

Ludovic est un expert dans le domaine de l’investissement immobilier, si le sujet vous intéresse, cliquez ici et vous découvrirez son livre qui parle d’investissement, d’immobilier et de locatif. Un bon bouquin très clair et rempli de témoignages et de conseils financiers, à ne par rater (parce que des livres de qualité sur le sujet, c’est plutôt rare!)

Ludovic : Bonjour à tous, bienvenue sur « radio passion locatif ». Allez, plus sérieusement ici c’est Ludovic, si vous suivez le blog c’est que vous savez que je suis journaliste depuis près de quinze ans mais depuis quinze ans en presse écrite donc je vais pour la première fois mener un entretien audio et sil il n’est pas bon, soyez indulgents. J’avais envie d’aller un peu plus loin dans la démarche du blogueur, profiter des connaissances de Cédric, Cédric Beau qui est serial entrepreneur, désormais installé, devinez où, en Chine. Vous allez me dire mais, qu’est-ce qu’un Chinois vient faire là ? Cédric, j’imagine si je ne m’abuse a la trentaine, il nous le dira, il est nordiste comme moi, c’est quand même déjà une belle qualité, et s’appuie sur des connaissances techniques internet marketing et plein d’autres connaissances que je n’ai pas. Donc, j’avais envie avec lui d’évoquer un sujet qui traite d’immobilier évidemment, je voulais qu’il me parle de sa maison de Roubaix parce que Monsieur possède un bien immobilier BBC dans le Nord, dans cette belle ville de Roubaix. Comment le gère-t-il depuis la Chine, comment a-t-il préparé son départ, c’étaient des questions qui me semblaient intéressantes. Désormais, j’attends des réponses. Donc voilà, je pense qu’on va y aller, Cédric est au bout du fil puisqu’on fait ça par téléphone, juste avant l’interview il m’avait envoyé un petit mail en me disant « tu peux me donner les questions histoire que je me prépare ? » et j’avais répondu « Oh la pas si vite ! On va faire ça simplement à bâtons rompus, l’idée est de faire une interview au feeling. Alors Cédric c’est parti, est-ce que tu peux te présenter un petit peu ? »

Cédric : Je m’appelle Cédric Beau, j’ai pas encore la trentaine, j’y arrive mais je me presse pas, j’ai fait des études en France et je les ai terminées en Chine et ensuite je suis rentré en France. On s’était dit avec mon épouse tiens, on va acheter une maison et faire un bébé et c’est comme ça qu’on a acheté une maison à Roubaix.

Ludovic : D’accord. Aujourd’hui, tu es parti donc, vivre en Chine, pour quelle raison t’es parti vivre en Chine ? Je dirai presque quelle drôle d’idée d’aller habiter dans une province chinoise que seuls les Chinois connaissent peut être.

Cédric : Et encore, ils connaissent pas tous. Écoute, j’ai fait mes études à Shanghai, c’est là que j’ai rencontré ma vénérable épouse, et puis on est fan de la Chine, de la vie, de la culture et de la nourriture aussi, ça c’est important, et on s’était dit après avoir fait nos projets qui étaient donc d’acheter une maison et de faire un bébé en France , si possible on y retourne et on fait du business en Chine.

Ludovic : C’est plus simple de faire du business en Chine que de faire du business en France ou c’est plus simple d’habiter en Chine pour votre vie maritale , quelle est l’idée vraiment d’aller habiter si loin ?

Cédric : Disons que moi, en rentrant en France j’ai fait deux jobs, le premier job c’était dans l’import, où j’étais cadre dans l’import, ensuite j’ai quitté ça et j’ai lancé ma propre boite et en parallèle je suis devenu prof de chinois parce que j’ai fait mes études de chinois en Chine et donc que ce soit pour l’import ou pour la Chine, si on est ici en Chine c’est forcément bénéfique. Donc sur le plan personnel, je l’ai déjà évoqué, j’aimais bien la Chine et sur le plan professionnel c’est aussi très intéressant pour moi de vivre en Chine. Après la vie ici, la culture et puis le coût de la vie même, de toutes façons faut le dire, c’est vraiment très intéressant.

Ludovic : D’accord. Fiscalement, qu’est-ce qui est le plus intéressant, d’habiter en Chine ou d’habiter à Roubaix ou en France ?

Cédric : Fiscalement il serait plus intéressant d’habiter à Hong Kong plutôt qu’en Chine continentale.

Ludovic : D’accord, et pourquoi tu n’es pas allé habiter à Hong Kong ?

Cédric : Parce que Hong Kong c’est une région à part, une région administrative spéciale de la Chine et c’est pas vraiment la Chine, c’est à dire que moi si j’ai des fournisseurs un peu partout, quand je vais à Hong Kong c’est comme si je sortais du territoire et que je devais re-rentrer dans le territoire. Donc, c’est pas la Chine vraiment, on peut pas dire ça.

Ludovic : Et puis il y a aussi tes beaux-parents, qui sont là où tu habites, n’est-ce pas ?

Cédric : Oui, exactement.

Ludovic : C’est une bonne solution d’habiter pas loin de chez eux. Tu parles de business, tu fais du business, on va pas forcément rentrer dans les détails, c’est pas le but, mais qu’est-ce que tu fais comme business ?

Cédric : Je fais de l’import donc, depuis que j’ai quitté mon boulot de cadre en France où j’ai travaillé avec des grosses boites, j’ai créé ma petite boite. Ensuite quand je suis devenu prof de chinois, j’ai eu pas mal de demandes de personnes qui n’étaient pas mes élèves, des parents d’élèves, des amis ou autre et j’ai eu l’idée de créer des formations que je pouvais faire en ligne et traiter de la maison et maintenant depuis la Chine, des formations au chinois et ensuite j’ai développé aussi une petite formation à l’import. Donc je fais du réel, de l’import, et de la formation en ligne.

Ludovic : D’accord. Donc pour revenir un petit peu à la thématique du blog passion locatif, l’immobilier pour toi ça évoque quoi ? Est-ce c’est quelque chose qui t’intéresse ou pas plus que ça ?

Cédric : Moi l’immobilier ça m’évoque quoi ? Alors ça m’évoque un placement rentable et intéressant sur le long terme parce qu’il faut à quand on sera vieux même si on l’est pas encore et ça m’évoque aussi beaucoup de paperasse. Ça j’aime pas par contre.

Ludovic : Quand tu dis un placement rentable sur le long terme, c’est ce qui t’as fait acheter cette maison à Roubaix initialement, parce que t’avais si je ne m’abuse déjà l’objectif de repartir vivre en Chine. C’était pas trop compliqué, t’aurais pu peut-être te dire on va continuer à louer et on va repartir en Chine et on achètera quand on sera installés.

Cédric BeauCédric : Disons que si t’as les bonnes combines, les bonnes infos, au niveau fiscal et au niveau paperasse, c’est parfois plus intéressant. Nous on avait un budget d’environ 150-200 K et notre rêve, nous, ça aurait pas été une maison à Roubaix, ça aurait été plutôt de prendre une maison à la campagne qui aurait été deux à trois fois plus grande pour le même prix. Donc on a vraiment vu ça comme un investissement. Et alors à l’époque moi, comme je vivais en Chine avant j’étais pas imposable en France et j’ai pu profiter, c’est bien le terme, profiter de toute une série de montages financiers, beaucoup de paperasse, qui me permettait au final d’avoir une maison moins chère que d’en louer une. Alors on s’est dit avec ma femme, même si ça a été quand même compliqué, vaut mieux qu’on commence à investir le plus tôt possible et qu’on jette pas notre argent par les fenêtres, ou qu’on achète pas la maison d’un autre et qu’on s’achète notre maison et qu’ensuite on la loue sur le long terme.

Ludovic : D’accord. Donc tu as acheté une maison en VEFA, ou …

Cédric : Oui, en VEFA

Ludovic : … une maison qui était déjà achevée ? En VEFA donc, quel était le prix de cette maison ?

Cédric : Deux cent mille et des brouettes, je sais même plus exactement.

Ludovic : D’accord, et tu as mis une grosse partie d’apport ou tu as eu besoin d’un financement pour la payer cette maison ?

Cédric : On a fait un apport juste minimum, de 10 K.

Ludovic : D’accord, donc aujourd’hui tu as encore un emprunt sur la maison.

Cédric : Oui.

Ludovic : Qui est de ?

Cédric : Alors, on a bénéficié d’un PASS foncier, je crois qu’on a 45K de PASS foncier ; et le reste, je ne sais pas combien il doit rester.

Ludovic : D’accord, mais tu sais à peu près ce que ça te coûte mensuellement cette maison ?

Cédric : Oui, cinq cent quatre-vingts.

Ludovic : D’accord, c’est le plus important j’allais dire.

Cédric : Oui, c’est le plus important.

Ludovic : Et donc la maison est désormais louée, et elle est louée à combien ?

Cédric : Elle est louée à huit cents.

Ludovic : Donc c’est pas une mauvaise opération si on regarde ça de manière très basique. En revanche on peut se pose la question de la gestion. Tu habites en Chine, tu es parti en Chine au mois de juillet, si je ne m’abuse, après l’année scolaire, comment ça s’est passé ? Tu l’as louée directement, tu as réussi à trouver une agence qui s’est occupé de te trouve un locataire, tu as trouvé un locataire avant de partir ?

Cédric : Alors ce qu’on a fait, c’est qu’on a contacté une agence, dont je citerai pas le nom pour pas lui faire de pub, et on a décidé de la mettre en agence avec un contrat, ils prenaient 13 % du loyer et ils nous garantissaient plein de trucs et ils s’occupaient de la recherche du locataire et nous on pouvait partir tranquilles. Parce qu’on est partis de façon quand même assez précipitée et malheureusement ça s’est pas très bien passé. Deux mois après notre départ on l’avait toujours pas louée.

Ludovic : D’accord, pour quelle raison ?

Cédric : Parce que l’agence demandait mille euros de frais d’agence et elle recherchait pas vraiment des locataires.

Ludovic : D’accord, comment tu as fait, tu as mis en place, si je ne m’abuse, une petite stratégie avec un ami sur place pour louer cette maison, n’est-ce pas ?

Cédric : Je connais un gars qui s’y connaît vraiment et avec qui j’ai des contacts, un gars super balèze, il s’appelle Ludovic du blog « passion locatif » là , et il m’a mis en relation avec Cédric qui est de la région pour monter un petit truc et en une dizaine de jours on a trouvé un locataire. Alors ce qui s’est passé c’est qu’il y a eu une annonce mise sur le …

Ludovic : Je l’avais dit c’est à bâtons rompus !

Cédric : Oui, pas de soucis. Après avoir mis l’annonce sur « le bon coin », il y a eu plein de contacts comme quoi c’était vraiment les frais d’agence qui bloquaient. Ça a été coup de fil sur coup de fil pour toi et ensuite, avec Cédric, que j’ai rémunéré pour s’occuper du contrat et faire les visites, on a trouvé en une dizaine de jours un locataire.

Ludovic : Comme quoi, une maison bien placée, de qualité, même à Roubaix, parce que Roubaix n’a pas que des avantages et surtout une réputation qui est encore à faire ou à refaire j’allais dire, on est en mesure de louer un maison relativement facilement et rapidement. Il faut simplement avoir de la méthode.

Cédric : Voilà.

Ludovic : Voilà, donc on est d’accord sur ce point. Tu as une maison aujourd’hui qui est bien louée, et donc qui te rapporte de l’argent mais en étant très loin de cette maison dans un pays qui est à combien, dix ou quinze mille kilomètres, ou peut-être moins, je sais pas, est-ce que tu ne songe pas plutôt à la vendre, à retirer du cash afin de peut-être réinvestir en Chine par exemple où ça sera peut-être plus simple pour la gestion ?

Cédric : Disons que comme la maison elle se rembourse toute seule, j’ai pas vraiment intérêt, je pense, à revendre, ça reste un bon placement je pense sur le long terme, c’est assez rentable. Je peux prendre maintenant mon salaire qui est libéré du poids du loyer, de quand on l’habitait, pour faire un autre investissement. Je pense pas la revendre et plus rien avoir.

Ludovic : Alors une dernière question, j’allais dire pour les gens comme toi qui partent, par forcément à l’étranger mais en tout cas dans les DOM TOM, ça peut aussi être à l’étranger, en Europe, voire aux États-Unis, en Chine ; les gens se posent toujours la question, se disent toujours tiens, la gestion ça va être compliqué, est-ce que t’aurais un conseil à leur donner ?

Cédric : Oui, faut t’envoyer des mails

Ludovic : Non mais plus sérieusement. Effectivement, moi je me suis occupé de ça, je t’ai donné un coup de main mais, là tu disais que tu es parti de manière un peu précipitée, peut-être qu’il y a quelques petites astuces à prendre en compte pour ne pas être comme toi, au bout de deux mois, embêté, ne pas avoir de locataire, et surtout ne pas avoir non plus de soutien sur place ce qui ferait que ça devient compliqué.

Cédric : Il faut s’y prendre un peu plus à l’avance, je pense, il faudrait mettre une annonce sur « le bon coin » faire des belles photos, les belles photos c’est important, faire des visites et le contrat si possible avant de partir ça c’est certain. Ensuite si il y a un changement de locataire entre-temps, embaucher quelqu’un ça revient pas si cher par rapport à ce qu’on gagne.

Ludovic : D’accord. Je pense que c’est important surtout d’avoir quelqu’un qui joue le rôle d’intermédiaire, ça peut être une agence, il y a des agences immobilières qui le font très bien, qui ne demandent pas non plus des frais astronomiques, maintenant ce qu’il faut c’est vraiment gérer en amont pour ne pas être dans la mouise quand on est à l’étranger et avoir d’autres choses à gérer sans doute. J’imagine que c’est un petit peu ça la conclusion qu’on pourrait donner. Tu es d’accord avec ça ?

Cédric : Voilà, s’y prendre à l’avance et s’y prendre avec méthode.

Ludovic : D’accord, très bien. Je te remercie Cédric, on va pas aller plus loin pour une première, il y aura sans doute d’autres choses à dire sur tes investissements en Chine, sur tes ambitions de businessman, sur ton envie d’investir aussi au pays de l’empire du milieu et profiter un petit peu de tes connaissances chinoises et surtout de ton point de vue d’expatrié et peut-être même de, comment on dit déjà, un étranger qui habite en Chine ?

Cédric : Un « laowai »

Ludovic : Voilà, ton expérience de « laowai ». Merci beaucoup, passe une bonne journée et à très bientôt.

Cédric : A bientôt, salut.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

4 × three =