main

oldVoyager en Chine

Liberté : créez des espaces, libérez vos pensées…

04/05/2012 — par Cédric BEAU

Dans la continuité des préparatifs pour le prochain retour en Chine, et après avoir préparé les arrêts de forfaits téléphoniques, et la dématérialisation d’une grande partie des papiers. Il est temps d’attaquer les choses sérieuses…

meubles
Que faire de tout ces meubles?...

La clé : anticiper

La plus grosse erreur que vous pourriez faire si vous allez vous expatrier, que vous soyez en location ou propriétaire : tout reporter à la dernière minute

Au départ, je pensais mettre des meubles au dépot-vente du coin. Mais au final, quand je vois qu’ils ne reversent que 30% du prix de vente final, autant prendre le temps de mettre ceux-là sur Ebay ou Le Bon Coin!

Il en va de même pour le matériel informatique et électronique. Des racheteurs ne vous proposeront pas plus que 10 à 20% du prix auquel vous l’avez acheté.

Voici quelques conseils que je peux donc prodiguer, là où j’en suis :

Jetez un maximum de ce qui ne vaut pas le coup (ou mettez le à votre porte, vous verrez que les objets “disparaissent” tout seul)

Donnez ou revendez un maximum de ce qui ne vaut pas le coup de perdre trop de temps (je préfère offrir mes bouquins aux abonnés de ma newsletter plutôt que de les revendre au kilo sur le marché aux livres…)

– Ne vous attendez pas à revendre vos objets d’occasion au prix du neuf (conseil bête, mais parfois notre estimation personnelle est un gros frein à la vente). Vos émotions vous guident, sachez “lâcher prise” :

Le problème de l’attachement sentimental aux choses

Si je m’écoutais, je garderais tout. Je louerai un container à 5000 euros et j’enverrai tout en Chine. Je ne sais pas où je stockerai tout cela, mais c’est comme ça.

Vous vous attachez aux objets qui vous entourent, c’est la nature humaine qui fait ça.

A vous alors de vous donner quelques règles, à fixer avant de vous lancer. Dites vous par exemple :

– Si un objet est dans un sac plastique depuis 2 ans, et qu’elle le restera surement jusqu’à la fin de mes jours, alors je m’en débarrasse.

– Si un objet est bien présent autour de vous, mais qu’il ne sert jamais, alors débarrassez vous-en

– Ré-évaluez l’attachement sentimental que vous avez pour vos objets abîmes. Je prend l’exemple de ce foulard de mes années sportives : certes, il y en a des souvenirs dans un petit bout de tissu. Mais un petit bout de tissu sale et moisi qui ne servira plus jamais et qui pourrait porter préjudice à la santé du bébé, à la poubelle. Trouvez vous des excuses.

Croyez-moi, c’est un exercice très difficile que de se détacher de vos considérations matérialistes. Mais curieusement, à chaque fois que je vide une poubelle, je me sens l’esprit comme libéré…

Un bon côté de la vie des voyageurs : de la place pour réfléchir!

Photo : © geo okretic/sxchu