main

Business en ChineLes actualitésold

Les produits chinois rendent stérile

05/09/2011 — par Cédric BEAU

Voila le message passé par les médias, après transformation par eux même, tel qu’il ressort lors des repas de famille.

Intrigué par cette réflexion, et plutôt que de me borner au journal du 20 heures, je décide donc de mener une investigation. Rare sont les citoyens (du monde entier, chinois comme occidentaux) qui approfondissent ce que les médias leur disent, alors en tant que bloggeur, et de facto média alternatif, faisons les choses de manière plus construite.

FNJe découvre donc qu’il ne s’agit pas ici des chinois, mais de la Chine, de la Malaisie, des Philippines et du Vietnam. Il est vrai que regrouper tout cela derrière la peur de la “Chine conquérante” était bien plus médiatisable, les asiatiques étant tous par défaut “des chinois”.

Et par ailleurs, il est bon de rappeler que les importateurs sont responsables de leurs produits. Et que, comme l’on nous l’annonce en cherchant bien, ce sont en effet les importateurs et fabricants tels que Puma ou autres Nike qui vont tout mettre en oeuvre pour résoudre ce problème d’ici 2020.

Eh oui, en Chine c’est comme ça. Si on met de l’argent sur la table, on a de la qualité, si l’on se bat pour les prix, on a de la …

De la même manière, si l’on encadre ses usine et que l’on les contrôle, on a des produits sains. Et si l’on laisse faire, laisse aller, jusqu’à ce qu’un organisme tel que Greenpeace vienne nous rappeler à l’ordre, alors on a des produits dangereux.

Mais ce n’est rien, parce que d’une part, l’on peut dire que c’est parce que c’est “chinois” (c’est bon pour la politique de certains), et d’autre part, cela nous a permis de ne pas dépenser dans le contrôle qualité durant les dernières décennies. Et puis avec les bonnes résolutions, on passera peut être même pour les gens biens, pendant que les personnes plus simples d’esprits s’acharneront à critiquer les ouvriers, ceux qui ne se font pas des nouilles en or en ne nous prenant pas pour des gogols…

Il faut pas prendre les gogols pour des gogols, quand même! (citation d’un ancien prof de marketing)