main

Blog Chine

Le jour où mon mariage a été interdit

03/06/2018 — par Cédric BEAU

« Non jeune homme, vous n’avez pas le droit de vous marier. Rentrez chez vous. »
— L’officier de l’Etat Civil.

Il y a presque 10 ans, le 7 juillet 2008, je montais dans un train en partance de Shanghai. Destination Guiyang, province du Guizhou.

Le but de ce périple? 

Un mariage MON mariage. Nous nous rendions à la préfecture de la région de laquelle ma femme est originaire.

26 HEURES ET 45 MINUTES DE TRAIN !

Bon, en couchette molle quand même (compartiments de 4 couchettes, c’est le must du must, il fut un temps où seuls les hauts gradés et certains fonctionnaires avaient le droit d’en profiter).

Après 6 mois de préparations, et de paperasses et autres entretiens au consulat de Shanghai, 26 heures de train ça ne me faisait plus vraiment peur.

J’avais jamais été d’aussi bonne humeur. 

Et pour cause, j’étais en route pour le plus beau jour de ma vie. Mon mariage !

Du moins, c’est ce que je pensais.

Parce qu’une fois sur place à Guiyang, ce fut la douche froide :

« Nous ne pouvons pas accepter votre demande de mariage, car vous n’avez pas l’âge légal de vous marier en Chine. »

Si je n’avais jamais été d’humeur aussi bonne, la chute d’humeur et la déception se firent ressentir d’autant plus fort.

Cassé.

Brisé.

J’ai eu l’impression de sentir ma vie sortir de mon corps.

Je pouvais quasiment ressentir mon énergie s’échapper par les pores de ma peau.

J’avais envie de tout abandonner. 

De hurler. De tout casser.

Pourquoi n’avions-nous pas été prévenus par le consulat ? Comment était-ce possible d’être passé à côté de cette information lors de la préparation des papiers ? Qui avait créé cette règlementation stupide ?

C’était fini.

Foutu.

Tout devait être reporté à l’année suivante. 

Parfois, quand j’apprends une langue ou lance des projets, j’ai l’impression de revivre cette expérience.

De vouloir tout laisser tomber. De sentir mon énergie s’épuiser.

Et à chaque fois je me rappelle cette petite histoire (ou plutôt, ce sentiment -ou phénomène physiologique, j’en sais pas- me refait vivre toute cette histoire. C’est pas tellement volontaire)

Ça aurait pu être très négatif, et m’achever.

Si à l’époque je n’avais pas trouvé une solution.

Car une solution existait :

Ne voulant pas tout abandonner et tout briser ce qui était déjà construit en reportant à l’année suivante, j’avais aussi la possibilité de monter dans un avion avec ma vénérable épouse, et de me marier en France. 

Pays dans lequel j’étais assez âgé pour pouvoir me marier.

Et c’est ce que nous avons fait. Quelques semaines plus tard, nous étions unis et vécurent heureux, et eurent beaucoup d’enfants (deux, c’est déjà un début ^^)

Morale de l’histoire :

Il y a toujours une solution. 

N’abandonnez jamais vos projets. Ne brisez jamais vos rêves à cause de bêtises. Les problèmes n’existent pas, il n’y a que des obstacles.

Il suffit de passer au dessus, ou de les surmonter.

Voili voilou, je sais pas si ça vous aidera à voir la vie du côté bon, mais en tous cas j’avais envie de vous raconter ma vie aujourd’hui. Et de vous expliquer une des raisons de mon optimisme quotidien.

Pour apprendre le chinois, c’est ici :

www.methodecrampe.com

Cédric Beau