main

Culture chinoise [n]Le chinoisold

Vous ne comprendrez jamais les chinois si vous ne faites pas ceci. . .

18/07/2012 — by Cédric BEAU

Et je dis bien « les chinois ». Parce que les chinois, c’est pas un gars de Shanghai ni même un chinois du boulot, non. Les chinois, c’est une énorme population qui n’attend que d’être découverte. Et pour cela, il faut donc connaître et discuter avec des chinois de partout en Chine ou dans le Monde.

En France, un Ch’ti n’est pas un Marseillais, et encore moins un Parisien ! Et pensez vous parler des « français » lorsque vous parlez de votre village natal ? (oui ? Bon… enfin…)

Eh bien en Chine, c’est pareil. On a tendance à trop réduire à la région côtière en la généralisant pour toute la Chine. Alors que le reste de la Chine est à 5 minutes de vous grâce aux moyens modernes de communication. Allez vous vous en priver ?

Vous avez soif de connaissance, vous voulez en savoir plus que les autres ?

Alors pas la peine de chercher plus loin, je vais vous donner quelques astuces pour communiquer avec des chinois de partout dans le monde, de chez vous, et dès aujourd’hui.

 

Quels outils utilisent les chinois pour communiquer ?

 

Avant de vous indiquer où trouver les millions de chinois qui vous attendent, voici quelques outils qui vont vous être bien pratiques

1. Quelques chinois utilisent MSN messenger (windows live messenger), que vous pouvez vous procurer ici : http://www.microsoft.com/france/messenger/

2. La plupart des chinois utilisent QQ messenger, et il existe une version « internationale » de ce logiciel, avec le programme… en français ! Là, ce sont des millions de chinois que vous pourrez trouver dessus : http://download.imqq.com/download.shtml (j’avais vu sur le site de David, chine-informations.com, que parfois 30 millions d’utilisateurs étaient connectés simultanément, et c’était en 2007 !)

3. Si vous avez une bonne vielle adresse email (par exemple, celle avec laquelle vous êtes inscrits à la newsletter de ce site… Comment ça pas encore inscrit?!) , vous pourrez aussi vous accorder des heures de discutions avec les chinois !

4. Et en dernier outil, votre français (oui, il y a des apprenants chinois:) ) ou votre anglais, voir même votre chinois si vous l’apprenez, ce sera l’occasion de booster votre vocabulaire.

 

Vous êtes donc équipés, où trouver des sites de rencontres pour les chinois ?

 

Trouver un site de rencontre gratuit est chose aisée, surtout lorsque vous n’avez pas à chercher. Voici ceux que je considère comme les meilleurs :

1. Mylanguageexchange (http://www.mylanguageexchange.com/default_fr.asp). Site au design un peu viellot, mais toujours aussi efficace. Vous entrez vos langues et les langues que vous apprenez, et vous attendez d’être contacté. Pour 6 euros, vous débloquez le droit de contacter (je préfère cela plutôt que d’attendre d’être contacté). Je met cette méthode en premier car c’est celle qui m’a amené là où je suis aujourd’hui.

2. Le club Chine Nouvelle (http://www.chine-nouvelle.com/club). Son avantage principal : c’est récent, il est destiné aux chinois et aux sinophiles/sinisants. Sur la base de forum / messagerie privée, facile à prendre en main, et facile de trouver des correspondants partout en Chine, selon vos critères.

3. QQ. Le logiciel de messagerie permet de trouver des contacts de la même manière que Skype : renseignez ce qui vous intéresse (région, age, sexe…) et sélectionnez vos nouveaux contacts dans la liste.

4. Les amis de vos amis sont vos amis. Avec les trois méthodes ci-dessus, vous allez pouvoir vous faire un cercle d’amis. Demandez à vos nouveaux contacts si dans leurs relations il y a des personnes qui souhaiteraient échanger avec vous / vous deux. Plus on est de fous, plus c’est sympa. Cette dernière méthode, je la recommande chaudement, car vous verrez qu’avec certains contacts, ça « accroche » plus qu’avec d’autres !

5. Et si vous avez quelques bases de chinois, allez les chercher là où ils sont : sur les sites chinois tels que yuanfr, myfrfr ou mimifr… Ces trois là sont des références.

 

Deux erreurs à éviter

 

Vous mourrez d’envie de vous jeter dans la recherche de contacts, et vous risquez donc de faire les erreurs suivantes :

1. Ne remplissez pas votre carnet d’adresse d’un coup ! 5 ou 6 contacts sélectionnés avec soin permettra d’établir de meilleurs relations que 200 contacts ajoutés par jour. Sur 5 ou 6 contacts, généralement un seul se révélera être de qualité, durable. Une fois qu’il est identifié et que vous avez créé une relation, poursuivez cette relation dans le temps et choisissez 5 ou 6 autres d’une autre région par exemple. (Jouer sur les tranches d’âges est aussi intéressant)

2. Réfléchissez avant de parler, ou gardez l’esprit ouvert. La contradiction, le choc des cultures, ce genre de situations ne doit pas vous énerver, vous choquer ou vous faire perdre vos moyens. Si votre interlocuteur ne pense pas comme vous, c’est justement là que la discussion devient intéressante. Si vous vous bloquez sur votre manière de penser, c’est que vous avez oublié le but initial de la manœuvre : comprendre les chinois.

 

Et vous, qu’utilisez vous ?

 

Cet article est une présentation sommaire de ce que je faisais à mes débuts, il y a déjà une paire d’année.

C’est pourquoi je pense qu’il peut être complété par vos conseils. Qu’utilisez vous ? Que conseillez vous en complément de ce que je recommande ? Répondez moi directement sur l’email de la newsletter si vous êtes abonné, ou par mail à cedric[at]chine-chinois.com, et je referrai un article complémentaire avec vos avis sur la question !

Business en ChineLe chinoisold

[Interview] Georges Hymans, entrepreneur en Chine

25/06/2012 — by Cédric BEAU

Toujours dans les cartons et autres papiers, je laisse ma place aujourd’hui à un autre passionné de Chine et de chinois. Il a ouvert récemment un restaurant à Changsha, j’ai donc décidé de l’interviewer. Vous pourrez aussi découvrir son blog (lien en fin d’article) :

Georges

– Bonjour Georges, pourrais-tu te présenter?

Georges 32 ans, j’ai étudié le droit qui m’a apporté une certaine rigueur puis un MBA en Allemagne qui m’a donné le goût du marketing: “essayer de comprendre les comportements des consommateurs”.

J’ai travaillé comme commercial et en Chine

– Depuis combien de temps es-tu en Chine? Quelle est ton “histoire”?

J’ai vécu en en centre Chine à Changsha deux ans en 2006 et 2007. Je suis de retour dans la même ville depuis 5 mois.

En 2006 j’ai travaillé pour le CCPIT qui est la Chambre du Commerce et de l’Industrie Chinoise. Mon travail consistait à développer les échanges entre entreprises Chinoises et étrangères. Ce n’était pas facile car je comprenais très mal un environnement de travail Chinois traditionnel. J’ai énormément appris de cette expérience qui m’a fait beaucoup réfléchir sur les comportements, les différences culturelles, les bonnes et les mauvaises attitudes en Chine.

– Comment as-tu appris le chinois? Quelle a été ta plus grande difficulté?

J’ai appris à me débrouiller en Chinois en Chine. Il faut avoir quelques bases avant de se jeter dans le grand bain. En Chine les occasions ne manquent pas de pratiquer.

Personnellement je pense que le plus important est le Chinois oral:

1. comprendre ce qu’on vous dit. La Chine est un pays immense et les différents accents ne rendent pas cette tâche facile.

2. Se faire comprendre. La encore il faut travailler son accents: les fameux tons. Cependant les mouvements importants de population ces toutes dernières années aident: les Chinois ont une meilleure compréhension des accents étrangers. Ils tendent l’oreille et vous comprennent. C’est peut etre aussi un changement de génération: entre les Chinois qui reviennent de l’étranger, ceux qui ont voyagé, ceux qui ont étudié aux côtés d’étrangers.

En tout cas je vois bien la différence 2006-2012 à Changsha.

Passer du Chinois oral au Chinois écrit n’est pas facile. Je pense que le Chinois est une langue qui demande du temps: apprendre à comprendre, puis apprendre à parler et apprendre à écrire. Il faut apprendre trois fois!

En France, j’ai étudié un an à l’Inalco en cours du soir. Mais c’était difficile. Leur méthode générale pour apprendre la base des caractère est bonne mais ils demandent trop de matières qui pour moi ne me servent pas ou peu. Comme par exemple: l’apprentissage du Chinois traditionnel! Cela ajoute à la quantité de travail à fournir.

– Penses tu que le chinois est important dans les affaires et les relations en Chine?

 En Chine pour les affaires, je pense qu’il est très important d’avoir un traducteur: il vous donne de l’importance, renforce votre image, c’est un homme de paille qui peut glaner des informations sans prendre de décision, il vous laisse le temps de la réflexion.

D’ailleurs les Chinois se cachent bien souvent derrière un traducteur et font semblant de ne rien comprendre.

Evidemment il faut aussi comprendre et parler le Chinois. Les Chinois sont très touchés si vous parlez leur langues. Il n’est pas nécessaire de bien parler. Il faut savoir sortir les bonnes phrases pour toucher, flatter, remercier ou faire rire.

Un autre aspect est culturel: en plus de la langue il faut comprendre la culture: qui doit passer devant, quant lever son verre, accepter ou refuser de boire? quelle gestuelle? Quelles mimiques? parler fort ou non? quels fêtes, quels cadeaux, quels proverbes etc.

(en fait c’est un peu du marketing: comprendre ce qui touche un Chinois et pourquoi il se comporte d’une certaine façon).

Mon avis est personnel. Je pense que la culture est plus importante que le Chinois, car on peut arriver à maîtriser la culture mais maîtriser les subtilités du Chinois oral et écrit c’est pour moi mission impossible.

– Tu as créé un restaurant à Changsha, peux tu nous en parler?

En 2007 j’ai ouvert à Changsha un restaurant avec ma femme. Ce n’était pas facile mais j’ai senti un potentiel et je voulais retenter.

J’ai ouvert avec mon partenaire Alain Bernard un restaurant français:
44 NanHu Road à Changsha.

On propose à petits prix des plats français et occidentaux correspondant aussi aux goûts et attentes, “clichés” des Chinois. Par exemple escargots, foie gras, pâtes, steaks, soupes…

– Tu racontes tout cela sur ton blog et parle de marketing, ta passion?

Oui je tiens un blog:

[Le blog n’existe plus]

Je raconte mes deux projets:

1. ouvrir et développer un restaurant français en Chine

2. importer et essayer de vendre du vin en Chine

Je veux aussi à partir de mon quotidien illustré de photos tenter d’expliquer et d’analyser la Chine toujours avec un approche marketing. Par exemple: Qu’est ce qui fait la réussite/ l’échec d’un commerce, d’une marque, d’une entreprise; comment pensent et agissent les Chinois, pourquoi?, pourquoi les bus roulent trop vite en Chine etc…

Mon objectif est d’apporter des informations locales et uniques suivi d’une analyse. Car en Chine tout change rapidement.

– Merci pour ton intervention. Un petit mot en chinois?

Alors un proverbe classique:

bú rù hǔ xué, yān dé hǔ zǐ (不入虎穴,焉得虎子) : « sans entrer dans l’antre du tigre, comment capturer ses petits ? »

Au travers de mes expériences en Chine, j’ai réalisé que la stratégie doit être mise en pratique. C’est alors seulement qu’on peut comprendre si on s’est trompé et ce qui doit être amélioré. En plus je pense qu’il faut faire ce qui vous tient à coeur dans la mesure du possible.

Merci!

Merci à toi, Georges, et bonne chance dans les affaires!

Le chinoisold

Vous n’avez pas d’argent. . .

16/05/2012 — by Cédric BEAU

… et donc vous ne pouvez pas apprendre le chinois. C’est le deuxième frein (avec le temps) à l’apprentissage d’une nouvelle langue. J’ai beaucoup réfléchi à la question, et je vous présente mon point de vue :

pas d'argent
Vous en voulez ?

Voilà un frein à tout apprentissage, à beaucoup de formations. Et voilà pourquoi beaucoup de gens ne progressent pas.

Ils n’ont pas d’argent, ou ils n’ont pas d’argent à allouer à leur propre formation.

Je vais vous exposer mon point de vue : acheter un livre de formation, ou une formation en ligne, ce n’est pas une dépense, mais un investissement.

J’alloue 3% de mes revenus à la formation et à la lecture. Et je ne vois effectivement pas toujours cela comme une dépense « loisir », mais plutôt comme un très bon placement.

Lorsque je gagnais vingt mille euros par an, j’ai dépensé plus de 500 euros en livres et formation (dont plus de 200 pour une formation en ligne). Le prix de ma formation au chinois n’a d’ailleurs pas été fixé par hasard. Il suit mon expérience, mon vécu.

Un an plus tard, mon investissement m’avait rapporté combien ? 15600 euros ! Parce que j’étais devenu un « connaisseur » dans un de mes domaines. Rendement : 3120% ! (plus intéressant qu’une assurance vie non ?^^)

Quelque temps avant, je venais de me former au chinois. 2200 euros dépensés à l’université chinoise, et plusieurs milliers d’autres euros dépensés à la vie d’expatrié en Chine. Combien ça m’a rapporté ? Un job en tant que cadre en moins de deux semaines après mon retour en France… Cela m’a permis d‘acheter une maison et une voiture, pour accueillir mon fils dans de bonnes conditions.

Il faut bien séparer les dépenses loisir (roman, BD, sudoku) et les dépenses pour se former. Parce que si vous n’avez pas ou peu d’argent, le réinvestir en partie dans la formation est plus intéressant que de le réinvestir dans le loisir.

Bien évidemment, quand on peut joindre l’utile à l’agréable et découvrir une culture orientale en même temps que l’on se met des atouts de côté, il ne faut pas hésiter une seconde !

30€ à 50€ par mois sont suffisants pour démarrer. Si vous ne pouvez pas vous permettre de les dépenser, vous pouvez toujours annuler votre abonnement TV, et remplacer la perte de temps par de la lecture. Ou vous abonner à la bibliothèque pour quelques euros.

L’auto-formation, c’est l’investissement le plus rentable que vous puissiez faire.

Et ceci est valable dans tous les domaines, pas que pour le chinois.

A réfléchir 😉

Article extrait du guide “Pourquoi vous serez (ou resterez) nul en chinois” distribué aux abonnés de la newsletter

Le chinoisold

Impossible de s’intéresser à la culture chinoise sans apprendre le chinois

14/05/2012 — by Cédric BEAU

Il y a quelques jours, je publiais des témoignages sur les bénéfices de l’apprentissage du chinois. J’ai reçu une longue réponse de la part d’une abonnée à la newsletter, Florence. 

J’ai trouvé son témoignage et son histoire passionnants, et lui ai donc demandé la permission de le retranscrire sur mon blog. Elle a accepté, je lui laisse donc la place :

chinois skype
J'aime beaucoup Skype...

Bonsoir, Cédric!

Tout d’abord, merci pour ces quelques messages intéressants et motivants.

La réponse à votre question est la suivante : j’ai commencé à apprendre le chinois en premier lieu à cause de ma passion pour la musique traditionnelle chinoise (au bout d’un moment, cela m’a paru absurde de ne pas m’initier à la langue alors que toutes les partitons que je jouais étaient couvertes de caractères chinois) et en second lieu pour des raisons familiales (mon grand-oncle, pour qui j’avais une grande affection, avait été missionnaire en Chine pendant 15 ans et avait appris le chinois).

Ce qui est amusant, c’est que je comptais n’apprendre que la langue écrite, mais ai changé d’avis après avoir commencé un échange franco-chinois via Skype avec une prof de chinois langue étrangère qui n’envisageait pas de m’initier uniquement aux caractères.

Elle a eu raison d’insister: maintenant j’apprends à parler et à lire. J’ai juste laissé de côté l’écriture manuscrite des caractères, mais commence déjà à rédiger des petits messages en utilisant Google transliteration (je tape le pinyin et choisis le caractère approprié + enter).

Voilà, la première raison est donc culturelle: j’ai appris le chinois parce qu’il est pratiquement impossible de s’intéresser à la culture chinoise sans apprendre le chinois.

Je sais que ma situation est probablement un peu atypique, mais peut-être constaterez-vous que nous sommes tous plus ou moins des cas particuliers… En tant que professeur de Français langue étrangère, j’ai été moi-même étonnée d’apprendre toutes les multiples raisons qui avaient conduit mes étudiants au français…

Avec mes salutations les meilleures,

Florence

Photo : Michaela Kobyakov

Le chinoisold

Vous avez de gros préjugés. . . Nous aussi!

13/05/2012 — by Cédric BEAU

Hier, je vous parlais du préjugé infondé “le chinois c’est difficile”. Regardons d’un oeil ironique les autres clichés qui régissent ce bas monde, et pourquoi c’est un frein idiot à l’apprentissage du chinois :

Manger escargot
Avez vous mangé vos escargots aujourd'hui?

Si vous êtes en France, je suis certain que vous avez un béret sur la tête et une baguette de pain sous le bras. Et le savoir, c’est suffisant pour ne pas me remettre en question…

Par ailleurs, vous êtes quelqu’un de très romantique. Vous vous promenez régulièrement dans les champs de lavande, un verre de vin rouge à la main… Mais ce qui va suivre ne vous plaira pas forcément autant…

En effet, il n’y a pas un trottoir sur lequel vous marchez qui n’ai pas une crotte de chien (bon, celle la, je vous l’accorde).

Et vous ne pouvez pas être blond, parce que les blonds sont tous des russes. Et si vous n’êtes pas blond, alors vous êtes un américain. Parce que tous les étrangers sont des américains (sauf les russes).

Tous comme pour nous tous les asiatiques sont des chinois, soit dit en passant.

Et de fait, vous parlez obligatoirement un anglais courant. Parce que tous les étrangers (qui sont des américains) parlent anglais (même les russes). Parce que le monde entier parle anglais, sauf les chinois, les japonais et les coréens.

De la même manière, nous nous disons que si nous connaissons l’anglais, alors nous n’aurons pas de problèmes en Chine, parce que tout le monde parle anglais. Ca suffira pour le tourisme et les affaires… ou pas. Il est temps de se mettre au chinois! Pour aller leur expliquer que vous n’êtes pas américain, parce que…

Les américains (donc vous) sont des gens dégueulasses, avec des mœurs terribles. Il est donc certain que vous couchez avec tout le monde, et que vous vous droguez.

La bonne nouvelle ? Vous êtes riches (comme tous les étrangers). Je n’irai pas rajouter nos préjugés sur les chinois modernes, sinon nous allons dire qu’ils sont riches aussi. Savez vous seulement combien de dizaines de millions de chinois vivent avec moins de 1 euro par jour ?

Savez vous quelle proportion de la population chinoise représente les grandes villes qui pour nous sont “la Chine” (ah oui, la France, c’est Paris. Alors si vous n’êtes pas à Paris, vous n’êtes pas en France…)

La mauvaise nouvelle ? Vous ne vous lavez pas, et vous sentez mauvais (sinon pourquoi mettre du parfum?). Vous n’aimez pas travailler, et préférez dépenser vos forces à faire la grève.

A tous les repas, vous mangez soit des escargots, soit des cuisses de grenouilles.

C’est aussi vrai que de dire que les chinois mangent du riz et de la viande de chien, après tout.

Vous êtes certainement quelqu’un de prétentieux, fier de sa langue, qui d’ailleurs ne saura jamais en parler d’autre (les français sont nul en langues, même nos voisins européens vous le diront). Alors le chinois? Laissez moi rire…

Vous lisez ce texte mais vous n’êtes pas français de France ? Ce n’est rien, vous êtes américain. C’est la même chose. Sauf si vous êtes blond.

Et si vous passiez la barrière de vos préjugés, pour découvrir de la langue, et vérifier par vous même si :

  • Tous les chinois font du kung fu (en plus vous savez même pas ce que ça veut dire kung fu!)
  • Le chinois c’est difficile
  • Tous les chinois mangent du chien

Y’a du boulot…

Mais on s’en fout, parce que vous n’allez pas vous y mettre, les francophones sont nul en langues, souvenez vous

Article extrait du guide “pourquoi vous serez (ou resterez) nul en chinois”, offert aux abonnés de la newsletter (gratuit)

Le chinoisold

Vous pensez que le chinois c’est difficile (mon avis)

12/05/2012 — by Cédric BEAU

Cette idée, bien que non fondée, est compréhensible. Comme le disait une Inspectrice Régionale lors de ses présentations : Le chinois n’est pas une langue difficile, c’est une langue distante

Le chinois, c’est une langue distante car elle est différente. C’est trop différent du français ou de l’anglais. Et ce qui est différent fait peur…

Lanterne chinoise
Je vous comprends...

Pourquoi ce qui est différent fait peur ? Parce que ce qui est différent change vos habitudes, votre façon de penser. Et que la nature humaine fait que vous ne voulez pas changer vos habitudes.

Ce qui est différent va vous enrichir, mais changer fait peur. Et c’est pour cela que seuls certains franchissent le cap de l’apprentissage d’une langue distante…

Devant ce trou noir que représente la langue, sa culture, ses rites, ses croyances… Vous l’inventez à votre façon… Et comme cette étrangeté vous échappe, vous la reconstruisez à partir de vous-mêmes, de vos pensées… Et aussitôt vous avez plutôt tendance à lui attribuer vos mauvaises pensées…

Ce qu’il faut donc observer et qui est intéressant pour casser ce préjugé sur la difficulté du chinois, c’est de voir qui dit que le chinois est difficile, et qui dit que le chinois est facile.

Vous vous rendrez compte que ceux qui disent que c’est difficile, comme vous, sont des gens qui n’ont pas encore commencé à apprendre le chinois, ou qui n’ont pas eu les bonnes astuces !

Posez la question à d’autres apprenants, sur les différents points d’une langue :

Prononciation : des phonèmes proches du français, quatre astuces suffisent pour savoir prononcer les tons, et une astuce suffit pour la prononciation des lettres expirées…

Grammaire : il n’y en a pas. Une astuce existe pour retenir la construction des phrases de base, et pour le reste : pas de conjugaisons, pas de masculin, pas de féminin, pas de singulier, pas de pluriel (donc aucun accord), pas de déclinaisons… Vous pensez que la grammaire va vous poser problème ?

Caractères : Tout est question de fréquence, car si il existe des milliers de caractères, rien que la connaissance d’un seul donne 5% de tous les textes !

Là aussi, des astuces existent pour savoir déchiffrer les caractères. En passant par leur histoire par exemple. Car le chinois, ce ne sont pas des symboles abstraits, mais bien des représentations d’idées concrètes.

Et pour associer les caractères à leur prononciation, vous découvrirez des éléments phonétiques vous donnant des éléments essentiels sur la prononciation. Une astuce supplémentaires utilisant vos trois mémoires permettent en plus de mémoriser 400, 800, 1200 caractères par an en 10 minutes par jour seulement ! Alors, toujours aussi difficile le chinois ?

Bien sûr, il n’existe pas de méthode miracle. Comme pour tout : il faudra travailler, et régulièrement…

Article extrait du guide “Pourquoi vous serez (ou resterez) nul en chinois” offert aux abonnés de la newsletter.

Le chinoisold

Le chinois, selon moi : interview, et une surprise. . .

11/05/2012 — by Cédric BEAU

Il y a quelques jours, je vous présentais Yoni, de Kung Fu Tradition. Il m’avait interviewé avant que je le fasse, mais il a publié l’interview après moi.

Je vous invite à me redécouvrir au travers de celle-ci,

Et il y a un bonus : l’aperçu de l’espace de formation de ma méthode de chinois :

Cliquez ici pour découvrir l’interview : Apprendre le chinois, la méthode CRAMPE

Cliquez ici pour vous inscrire à la méthode CRAMPE et apprendre le chinois dès maintenant

La formation commande immédiatement après l’inscription.

Cédric Beau
Moi, lors de mon deuxième voyage en Chine

Bonne lecture!

Le chinoisold

Vous vous donnez de mauvaises excuses…

09/05/2012 — by Cédric BEAU

Je n’ai pas le temps… On verra quand bébé sera plus grand… Demain je m’y met… Ce sera ma résolution au prochain nouvel an… J’attends les vacances… Quand je serai à la retraite…

Et étonnamment, cela termine comme cela :

A mon âge, apprendre une nouvelle langue, impossible… A mon âge, vous savez, la mémoire…

y'a comme un hic
Y'a comme un hic dans vos propos...

Vous saisissez ? Si vous ne vous lancez pas maintenant, jamais vous ne vous y mettrez. Il faut s’y mettre, et s’y mettre maintenant. Si vous ne le faites pas aujourd’hui, alors laissez tomber.

C’est un fait, et mes statistiques sont imparables sur ça…

Car tout le monde est ainsi fait : je faisais aussi partie de ceux qui remettent toujours tout à plus tard. Pour arrêter de fumer par exemple ! Et un beau jour, en me trouvant une excuse bidon (pour ma nouvelle copine), j’ai tout simplement décidé de prendre les choses en main !

Je n’ai plus fumé depuis, sauf des cigares pour les grandes occasions…

Je me disais aussi « un jour, je vais mettre mes cours de chinois sur Internet ». Et pendant 4 ans j’ai repoussé. Et curieusement, c’est quand j’avais des dizaines d’excuses sous la main (travaux à faire dans la maison, bébé est encore petit, emploi du temps chargé…) que je m’y suis mis. Ma nouvelle idée maîtresse dans la vie, c’est celle la : on a le temps que l’on se donne! Et vous allez voir pourquoi…

Il suffit d’organiser ses priorités :

Quand on sait que la moyenne des français regardent la télé plus de 3 heures par jour, et passent des heures à chatter sur Internet, à aller sur Facebook ou à lire les spams publicitaires dans leur boîte mail, sans parler de ceux qui errent de page en page sur l’immensité du Web… Vous vous reconnaissez, n’est-ce pas?

Alors on voit qu’un simple travail sur les habitudes chronophages, une simple remise en question, et ce sont des dizaines d’heures qui peuvent être libérées toutes les semaines…

Et je vous le dit, apprendre une langue ne demande même pas des dizaines d’heures. Dégagez 15 à 30 minutes par jour, et c’est largement suffisant pour vous lancer dans le chinois, le russe ou l’arabe littéraire :

Pour apprendre une langue, ce n’est d’ailleurs pas la quantité qui compte, aucune utilité à faire 15h de chinois en une journée. Non, ce qui compte, c’est la régularité. La mémoire est ainsi faite, alors autant joindre l’utile à l’agréable, et ne pas en faire plus que nécessaire. Soyez intelligemment fainéants…

Et fini les excuses bidons ! Prenez les choses en main à votre tour. Si un jeune papa peut apprendre le chinois, vous le pouvez aussi. Si une femme travaillant la nuit au casino et s’occupant de ses enfants le jour le peut, alors vous le pouvez aussi ! Si un cadre travaillant 76 heures par semaine trouve le temps, pourquoi pas vous ?

Article extrait du guide “pourquoi vous serez (ou resterez) nul en chinois“, distribué gratuitement aux abonnés à la newsletter (gratuite, elle aussi 😉 )

Le chinoisold

Voici 21 raisons pour apprendre le chinois dès maintenant

06/05/2012 — by Cédric BEAU

Tout à commencé lorsque j’ai posé la question sur la page facebook, et je me suis dit qu’en tant que prof, j’avais ma propre idée et mes propres arguments pour l’apprentissage du chinois. Pour moi, c’était vraiment cet atout pour l’avenir, la réussite professionnelle, et uniquement cela qui pouvait amener les gens à apprendre le chinois. Et puis je me suis rendu compte qu’il y avait énormément d’autres raisons que je ne soupçonnais pas.

J’ai alors posé la question aux abonnés de la newsletter, et j’ai retenu un échantillon de réponses, 21 pour être exactes. 21 témoignages pour vous montrer à quel point l’apprentissage du chinois peut être bénéfique. Et j’en profite pour commenter chacun de ces témoignages :

Pourquoi apprendre le chinois
A chacun sa raison...

“Je pense utile d’apprendre le chinois pour exercer ma mémoire et surtout pour me permettre de parler avec mes amis chinois.” –Raymond

J’en parlais dans cet article : Votre mémoire vous fait défaut? Plus pour longtemps, j’ai littéralement explosé mes capacités de mémoire avec l’apprentissage du chinois, et des méthodes associées! Je n’aurais pas pensé à le citer en bénéfice principal…

Au départ pour moi avoir plus de culture connaître cette langue pour m’en servir dans mon futur travail (étudiante en tourisme) mais j’ai depuis quelque temps un second bénéfice tout aussi important pour moi qui est apparu… un bénéfice familial (je pourrais comprendre mes beaux parents en Chine et élever notre futur enfant avec 2 langues maternelles )   –Angélique

Le bénéfice familial qui l’emporte sur le bénéfice professionnel. C’est une belle histoire qui s’applique là aussi pour moi. J’étais initialement parti en Chine pour étudier le chinois, et je suis désormais marié à une chinoise et père d’un petit bilingue de 2 ans…

Je désire apprendre le chinois et je le fais seule depuis deux ans. J’agis par amour et passion que je ressens très fortement pour toute la culture chinoise. Lapinouse

La passion de la culture chinoise, si vous ne l’avez pas encore, elle viendra lorsque vous aurez commencé à la découvrir! J’aime terminer mes leçon de chinois par une “minute culture”. La Chine n’a pas fini de nous surprendre…

J’ai rencontré une chinoise –Serge

On pourrait mettre aussi “pour rencontrer une chinoise” ^^

Pour prendre ta place de prof –Sylvain

Spéciale dédicace à Sylvain, effectivement, le chinois est encore marginal. Il y a des places de prof, des places de formateur, et des places dans beaucoup de métiers. Ce qui est bien, c’est qu’il y a plus de places que de demandes. C’est pour cela qu’il faut s’y mettre dès aujourd’hui!

Pour pouvoir lire les auteurs chinois dans le texte (donc, plusieurs apprentissages, suivant que l’on veut lire Confucius, ou les poètes d’époque Tang, ou Luxun, etc). – Jean Baptiste

Remarque très pertinente de Jean Baptiste, car les traductions françaises (parfois traduites depuis la traduction anglaise) sont emprunte de prises de position, d’éléments temporels et de personnalité du traducteur, qui peuvent changer du tout au tout la compréhension d’un texte. Lire par soi même est la seule possibilité pour comprendre vraiment un texte, et l’interpréter pour soi.

Être accepté des chinois plus facilement, trouver un travail en Chine plus facilement.Et pour finir, une nouvelle opportunité d’emploi en France  –Nadya

Ah, la notion de la sécurité de l’emploi est tout de même bien présente. Ça me rassure 🙂

Je suis à la retraite et aimerais visiter la Chine car j’adore la culture chinoise sous toutes ses formes … donc quelques notions élémentaires de chinois seraient les bienvenues ! –Dominique

Le tourisme en Chine est quelque chose qui se développe aussi fortement. Et les gens en ont assez des “attrapes touristes”, ils veulent sortir des sentiers battus. Mais hors des sentiers battus, si l’on veut échanger avec des chinois, effectivement, il faut en connaître quelques bases. Et pas si dur au final, même pour les retraités…

A l’origine, je ne cherchais aucun bénéfice particulier. J’aimais le cinéma asiatique et le chinois était pour mon oreille une très belle langue (à la sonorité, l’accent cantonnais, le rythme parlé dans les Opéras, l’assurance des sages…). Aujourd’hui, projetant de m’installer en Chine, le bénéfice sera simplement de pouvoir y vivre sans me sentir constamment un laowai… – Aurélien

Regarder les films en VO et tout comprendre, ça c’est gratifiant! Et ne pas être considéré comme un simple touriste américain lorsque l’on est un passionné, effectivement, ça l’est encore plus!

Étant passionné à la nouvelle technologie de l’information et voyant le développement rapide de la technologie chinoise qui se repartissent presque dans le monde entier, je décide d’apprendre la langue en complément de l’anglais et du français. –Todsa

Eh oui, on ne s’en rends pas bien compte, mais la Chine fabrique ses propres TGV et ses propres avions. Ils ont “explosé” en technologie, et n’en resteront pas là…

Je suis lycéenne et j’ai toujours été attirée par la Chine, surtout après que deux jeunes chinoises aient suivi une année en France dans la même classe que moi ! Je trouve cette langue magnifique, et une ouverture sur d’autres cultures possible grâce à elle. Pour conclure, je pense que je ne regrette pas du tout mon choix, et suis vraiment heureuse d’avoir la chance de pouvoir étudier le chinois ! –Claire

Comprendre les gens qui sont à nos côtés (ils sont partout, je vous le re-dirai dans un prochain article…), c’est essentiel. Et s’ouvrir au monde, c’est la base d’un bon développement personnel

En fait je m’intéresse au chinois parce que je suis intéressé par le commerce avec les chinois, et je pense qu’avoir le chinois comme langue serait un atout pour bien percer dans ce domaine. –Foussi

Avec le chinois, j’ai pu trouver un job en deux semaines à mon retour en France, dans le commerce (plus précisément dans l’import export). Effectivement, c’est un atout!

Si je veux aller en Chine. Ça sera plus facile pour parler aux gens. –Marika

Ah, ça recoupe ce que nous disait Dominique

L’intérêt pour moi d’apprendre le chinois, c’est de converser avec des chinois lors de mes stages cliniques médecine chinoise, envoyer des mels à des amis chinois. –Charles

Charles est depuis peu membre de ma formation Crampe, et son désir sera donc réalisé. A très bientôt pour le premier mail en chinois, Charles! Si vous ne connaissez pas encore ma formation, je vous la présente ici : cliquez pour voir.

C’est une langue qui a de l’avenir. –Isabelle

J’aime cette phrase. Car cela sous entend qu’elle est notre avenir, qu’elle a un avenir, que c’est une langue d’avenir. Tellement de choses à imaginer en si peu de mots…

L’apprentissage du chinois  me permet d’appréhender la culture chinoise, leur façon de penser. Et je pense que si on s’intéresse à la Chine, apprendre cette langue est une étape fondamentale. D’autre part, d’un point de vue un peu plus pratique, je pense aussi que parler le chinois est de plus en plus recherché, ça peut peut permettre d’ouvrir certaines portes au niveau professionnel.En très résumé, voici les principaux bénéfices qui me viennent à l’esprit! –Tatiana

Effectivement, comprendre le chinois permet de comprendre comment les chinois pensent, et de s’échapper de notre cerveau abstrait et mathématique pour aller vers une autre manière de voir le monde. Je développais cette idée de manière simpliste dans un post : Pourquoi les chinois ne penseront jamais comme nous.

Je brûle d’un désir réel a l’apprentissage de la langue chinois et aller étudier en chine –Elie

Aller faire des études en Chine, en voila une idée passionnante. Allier voyage et enrichissement personnel, après avoir pris quelques bases en occident. C’est un beau projet de vie…

– Apprendre une des langues les plus parlées au monde
– Faciliter les contacts avec les chinois
– Permettre de mieux comprendre une culture fondamentale pour l’histoire et l’avenir du monde
– Stimuler mon cerveau droit (déjà assez sollicité par mon métier de créatif)
Pour info, je parle un peu thaï ce qui est aussi un défi pour un européen. –Marco

Une des langues les plus parlées au monde. Imaginez un peu les portes que cela peut ouvrir! Et j’aime aussi l’idée de “défi”. Vous parlez chinois? Vous avez la classe internationale!

S’ouvrir sur une vaste population.–Sylvain

Et qui dit vaste population, dit des personnalités terriblement intéressantes à découvrir…

Une satisfaction personnelle et des perspectives d’avenir professionnel –Mélanie

La satisfaction personnelle d’avoir appris (facilement mais il faut pas le dire) une langue qui est dans notre esprit super difficile (c’est du chinois ce truc!), c’est effectivement très gratifiant.

Montrer aux chinois qu’on fait un effort pour s’intégrer –Hugo

Eh oui, si quelqu’un fait un effort pour apprendre votre langue et s’intéresser à vous, il sera forcément plus aimable avec vous et échanger avec lui sera forcément plus intéressant… Les mots sont une barrière, alors une langue, autant vous dire que c’est une grande muraille (de Chine)!

Vous savez désormais tout ce que va vous apporter l’apprentissage du chinois :
Alors si vous ne vous y êtes pas encore mis, c’est maintenant qu’il faut le faire!

Photo : Marcos Santos/sxchu

Le chinoisold

Votre mémoire vous fait défaut? Plus pour longtemps….

02/05/2012 — by Cédric BEAU

Vous n’avez pas de mémoire… Et c’est fantastique ! Car non seulement ce n’est pas un obstacle, mais au contraire, le chinois va vous aider à développer votre mémoire :

Le chinois est bon pour la mémoire...
Le chinois est bon pour la mémoire...

Que votre point fort soit la mémoire mécanique, la mémoire visuelle ou la mémoire auditive, toutes vont être sollicitées en même temps que vous apprendrez la langue…

Car le chinois est une langue dessinée. Son apprentissage va donc vous aider à augmenter vos capacités cérébrales. Ouverture d’esprit, capacité à raisonner, créativité, toutes ces qualités vont de paire avec le développement du cerveau droit :

Le cerveau droit est trop peu utilisé par nous autre occidentaux, ayant l’habitude de l’abstraction et des mathématiques. Ces derniers dépendant de notre cerveau gauche…

Vous aimeriez être plus intelligent que tout le monde ? Vous voudriez faire partie des 20% de personnes qui savent raisonner mieux que les autres, n’est-ce pas?

Regardez ce que les experts en disent :

« Apprendre le chinois crée des liens entre les deux hémsiphères cérébraux, ce qui développe l’intelligence en l’améliorant de façon mesurable (Dr. Stephen Codrington, NZ langue chinoise, lettre de l’association. Octobre 2003)

Learning Chinese creates cross hemisphere cerebral links that develop intelligence in ways that enhance overall intelligence in a measurable way” (Dr. Stephen Codrington, NZ Chinese Language Association Newsletter, October 2003) »

Et plus que le développement de votre mémoire, au dela du développement cérébral et de votre intelligence dans son ensemble, ce sont toutes des méthodes et des astuces que allez découvrir…

Et vous savez quoi ? Vous allez pouvoir utiliser ces nouvelles astuces et méthodes pour tout ce que vous allez apprendre. Que ce soit une formation en comptabilité ou des cours de dessin, des textes de loi ou des techniques de management…

C’est toute votre façon de penser qui va en prendre un coup!

La logique, mais aussi la façon de voir le monde : une manière à la foi réaliste et poétique…

Cet article est extrait du guide “Pourquoi vous serez (ou resterez) nul en Chinois“, distribué aux abonnés de la newsletter…